14
FéV
2019

Abbeville | Un septuagénaire prédateur sexuel prend 14 ans de prison pour agressions sexuelles sur ses deux petites filles et une nièce

À 77 ans, il a été reconnu coupable d’agressions sur deux de ses petites-filles et une nièce. Il écope de 14 ans de réclusion criminelle.

©Hadj/Sipa

Jacques, 77 ans, n’avait jamais été condamné par la justice. C’est que cet habitant du littoral picard, décrit comme un véritable prédateur, avait toujours réussi à passer entre les mailles des filets.

Mais pas cette fois.

La semaine dernière, après cinq jours de procès devant la cour d’assises de la Somme, il a été condamné à 14 ans de réclusion criminelle.

Le Samarien risque bien de finir sa vie derrière les barreaux.

L’affaire éclate en 2016.

Pauline (prénom changé), 8 ans, pleure.

Elle ne veut plus aller chez ses grands-parents lors des prochaines vacances scolaires.

Son père l’interroge, elle lui répond que son grand-père « lui fait mal avec les doigts ».

Les gendarmes vont interroger le septuagénaire, dans un contexte où il menaçait de se suicider suite à la révélation des faits.

Il avoue alors quelques attouchements sur sa petite-fille.

Les enquêteurs ne peuvent deviner alors que cette affaire va sortir des “classiques” en matière de délinquance sexuelle.

L’épouse du suspect est loin de le défendre.

Elle parle d’un homme « dur » sexuellement, le décrit comme un « pervers », avec des actes violents et forcés, avec l’utilisation régulière d’objets comme un bâton ou un tournevis américain.

Cette femme avait eu une relation sexuelle avec l’un de ses fils quand il avait 18 ans.

Elle avait déposé plainte, avant de se rétracter.

Elle s’était confiée à une amie, expliquant les raisons pour lesquelles elle avait quitté le domicile conjugal à plusieurs reprises, mettant en avant les dérives de son époux qui lui avait dit :

« qu’il fallait dépuceler ses fils, que cela se faisait dans le temps.

S’il avait eu des filles, il aurait bien aimé pouvoir les dépuceler ».

Voilà pour le contexte.

L’enquête, elle, déterminera que Jacques s’en est pris à une autre de ses petites filles, âgée entre 4 et 6 ans, entre 2015 et 2016.

Il est accusé d’avoir agressé sexuellement d’autres victimes, faits prescrits depuis.

Il s’en serait pris à une nièce, quand elle avait 17 ans, ainsi qu’à une voisine.

Dans les années 60, il s’en est pris à deux nièces, âgées de 6 à 10 ans.

Que plus récemment, il a entretenu des rapports sexuels, non consentis selon elle, avec sa propre sœur.

Et qu’il a entretenu une relation extraconjugale avec sa belle-sœur, la sœur de son épouse.

Le prédateur était donc bien passé entre les mailles du filet de la justice.

L’avocat général a requis 16 ans de prison à son encontre.

Son avocat, Me Ghislain Fay, a plaidé sur la personnalité de l’accusé, un homme avec une enfance difficile, abandonné et placé en foyer.

Le septuagénaire sera reconnu coupable pour les faits commis sur ses deux petites filles, acquitté pour ceux concernant son épouse et une nièce.

Lors du procès, il a reconnu une partie des faits.

Source : Le Courrier Picard

****
Association Wanted Pedo