L’affaire Dutroux débute par la découverte près de Charleroi en Belgique, le samedi 17 aout 1996, des corps de deux fillettes de huit ans, Julie Lejeune et Mélissa Russo, enlevées quatorze mois plus tôt.

1- Marc Dutroux

306181403_B976051189Z.1_20150713095422_000_G2U4RS39H.1-0 Marc Dutroux, né 1956 en Belgique, est un électricien de profession.
En 1979, il est condamné à une peine d’un mois d’emprisonnement pour vol, puis en 1988, à quatre mois de prison pour recel.
Le 4 février 1986, Marc Dutroux et Michelle Martin (sa compagne) sont emprisonnés, ils sont accusés de séquestrations, d’enlèvements et de viols de mineures de moins de 16 ans commis entre 1983 et 1985.

2- Michelle Martin

551ad3a23570c8b952f7270e
Michelle Martin est libérée en avril 1986, mais Marc Dutroux reste incarcéré
En avril 1989, ils sont condamnés à respectivement 13 ans et demi et 5 ans de prison.
En août 1991, Michelle Martin est libérée, puis en avril 1992, Marc Dutroux sort de prison en bénéficiant d’une libération conditionnelle, même si le procureur et les psychiatres s’y sont opposés.
En novembre 1992, il est accusé d’attouchements sexuels sur des jeunes filles à la patinoire de Charleroi.
Interrogé par la Police communale, il est aussitôt relâché sans être inquiété.

En août 1996, il est arrêté avec Michelle Martin et deux complices dans ce qui est appelé «l’affaire Dutroux». Accusé de viol et de meurtre sur des enfants et de jeunes adolescentes, cette affaire connaît un retentissement international.
Elle met également en exergue les dysfonctionnements de la Justice et de la Police belge de par le passé de Marc Dutroux.
En avril 1998, ce dernier parvient à s’évader pendant son transfert au palais de justice de Neufchâteau ; il est rattrapé quelques heures plus tard dans les bois de Chiny.
Ce nouvel incident provoque une vague d’indignation en Belgique, ce qui contraint deux ministres à démissionner.

Le 17 juin 2004, Marc Dutroux est condamné à l’emprisonnement à perpétuité pour cinq assassinats, pour être le chef d’une association de malfaiteurs impliquée dans des enlèvements d’enfants, de séquestrations, de viols avec torture et de trafic de drogue25.

En 2012, emprisonné à la prison de Nivelles, Dutroux demande à pouvoir purger sa peine à l’extérieur de la prison sous la surveillance d’un bracelet électronique, ce qui lui est refusé.

Le 28 août 2012, Michelle Martin est libérée. Elle sera reçue dans le couvent des sœurs Clarisses à Malonne.
(Parmi les conditions de sa libération conditionnelle, elle devra éviter tout contact avec les médias).
En avril 2015, elle est hébergée par l’ancien juge Christian Panier.


 

2 – L’Affaire Dutroux

a) Les victimes

– Julie et Melissa

Julie et MelissaJulie Lejeune, huit ans et demi, et Mélissa Russo, neuf ans, disparaissent à Grâce-Hollogne le 24 juin 1995.
Leurs corps seront retrouvés à quatre mètres de profondeur à Sars-la-Buissière le 18 août 1996 ; elles seraient mortes le 24 mars 1996 et auraient été enterrées le 27 mars 1996.

Les démarches inlassables de leurs parents pour les retrouver et la mobilisation des médias avaient fait connaître leurs noms et visages au public bien avant la découverte de Marc Dutroux, leur ravisseur.

Ainsi, quand l‘affaire Dutroux éclate, la société belge est ébranlée par le sort subi par les victimes.
Des manifestations de citoyens, appelées «marches blanches», font alors prendre conscience aux politiciens et aux forces de police des erreurs commises durant l’enquête, ce qui a plusieurs conséquences :

  • une commission parlementaire entend des centaines de témoins pendant des mois, en direct, devant les caméras de la télévision ;
  • la police et la gendarmerie sont fusionnées et leur mode de fonctionnement est réformé ;
  • des institutions nouvelles voient le jour, afin d’améliorer la prise en compte des disparitions inquiétantes et mieux observer le droit des victimes ;
  • à partir de l’association Child Focus, créée par des parents des victimes avec l’aide de l’État, des structures internationales sont mises en place pour améliorer les moyens de recherche des enfants disparus.

map julie et melissa

 

– An et Eefje

An et EefjeAn Marchal et Eefje Lambrecks, âgées respectivement de dix-sept et dix-neuf ans, sont enlevées ensemble le 23 août 1995 dans la région d’Ostende, alors qu’elles sortaient d’une soirée entre amis et rentraient en tramway. On retrouvera leurs corps le 3 septembre 1996 sous le hangar du jardin d’un complice de Dutroux, à Jumet, à 2,50 mètres sous terre.

 

 

map an et eefje

 

– Sabine Dardenne

Sabine DardenneC’est le 28 mai 1996 dans la matinée, alors qu’elle se rendait à l’école à vélo, que Sabine, douze ans, disparaît dans la région de Tournai.
Le 15 août 1996, Marc Dutroux avoue aux enquêteurs, alors à la recherche de Laëtitia Delhez, qu’il détient aussi dans sa cave cette autre petite disparue.
Sabine
sera délivrée en même temps que Laëtitia et racontera aux enquêteurs les circonstances de son enlèvement et les quelque douze semaines de séquestration qu’elle a passées dans la maison de Dutroux, principalement dans la cache située dans la cave.
Sabine décrit comment, dès le lendemain de son arrivée à Marcinelle, Dutroux se serait employé, avec l’aide de Michel Lelièvre, à lui faire comprendre que ni ses parents ni la police ne cherchaient à la délivrer en payant une rançon, mais que lui était là pour la protéger contre le «chef» qui voulait la liquider.
Elle écrira plusieurs lettres, jamais envoyées, à ses parents et sa famille dans lesquelles elle raconte son sentiment d’abandon et de culpabilité.
Son témoignage sera étayé au moyen d’un carnet dans lequel elle a consigné scrupuleusement tous les événements qu’elle a vécus durant cette période : ses conditions de vie, les viols, le conditionnement et les privations qu’elle a subis de la part de son geôlier.

map sabine

 

– Laëtitia Delhez

Laëtitia DelhezLe 9 août 1996, en début de soirée, Laëtitia, quatorze ans, est enlevée à sa sortie de la piscine de Bertrix par Marc Dutroux et Michel Lelièvre.
Selon leurs propres déclarations, ils se seraient rendus tous deux à Bertrix dans le but d’enlever une jeune fille si l’occasion s’en présentait. Après l’avoir kidnappée, Dutroux l’aurait droguée et violée à trois reprises.
Laëtitia a été enfermée dans la cache de Marcinelle, avec Sabine, pour n’en être délivrée que quelques jours plus tard par les enquêteurs du juge Connerotte.

 

 

 

map laetitia

– Bernard Weinstein

Bernard WeinsteinÀ la mi-novembre 1995, le Français Bernard Weinstein, complice de Dutroux dans plusieurs affaires de vol de voiture et de séquestration de personnes, disparaît.
Sur les indications précises de Marc Dutroux, le corps de Weinstein est retrouvé enterré au même endroit que ceux de Julie et Mélissa, dans la propriété que Dutroux possède à Sars-la-Buissière, le 18 août 1996.
Il semble que Dutroux ait voulu se débarrasser d’un témoin gênant en la personne de Weinstein, lequel devait être activement recherché pour des faits commis avec Dutroux quelques jours avant sa disparition.
Un témoin d’autant plus compromettant pour Dutroux dans les enlèvements de Julie, Mélissa, An et Eefje. Michelle Martin donne une autre explication : en fait, Dutroux aurait voulu s’emparer d’une somme de plus de 500 000 FB (environ 12 000€) que Weinstein avait reçue de sa mère.
L’autopsie réalisée en août 1996 met en avant des traces d’inhalation de terre au niveau de la trachée et des bronches permettant de confirmer que Bernard Weinstein a été enterré vivant après avoir été torturé.


 

b) Les Propriétés de Dutroux

  • Maison de Sars-la-Buissière, 43 de la rue de Rubignies, à vingt kilomètres de Charleroi.
    Dissimulée derrière les habitations voisines et à l’abri des regards indiscrets.
    C’est dans le jardin de celle-ci qu’ont été retrouvés les corps de Julie Lejeune et Mélissa Russo

  • Maison de Marcinelle , avenue de Philippeville où Julie et Melissa ont été sequéstrée.


c) Le procès Dutroux

affaire)dutroux1996
13 août: Marc Dutroux, un ancien électricien au chômage de 39 ans, Michelle Martin, 36 ans, et un marginal, Michel Lelièvre, sont arrêtés dans le cadre de l’enquête sur la disparition de Laetitia.- 15 août 1996: Les aveux de Dutroux permettent de découvrir Laetitia et Sabine emmurées vivantes dans la cache d’une maison lui appartenant à Marcinelle, dans la banlieue sud de Charleroi.
Arrestation de l’escroc bruxellois Michel Nihoul, soupçonné de complicité avec Dutroux.- 17 août 1996: Découverte dans la résidence principale de Dutroux à Sars-La-Buissière, des corps de Julie et Melissa, mortes de faim.juge Jean-Marc Connerotte18 août 1996: Dutroux et Lelièvre avouent l’enlèvement d’An et Eefje.- 3 septembre 1996: La police belge exhume d’une troisième propriété de Dutroux les restes des deux adolescentes flamandes.- 25 septembre 1996: Marc Dutroux est inculpé pour l’assassinat de son complice Bernard Weinstein.
14 octobre 1996: Dessaisissement du juge Jean-Marc Connerotte, qui avait mis en avant l’hypothèse d’un éventuel réseau pédophile ayant bénéficié de protections.
15 avril 1997: Une commission d’enquête du Parlement relève des irrégularités judiciaires et policières dans les enquêtes sur les disparitions d’enfants.

6 mai 1997: la commission d’enquête examine l’éventuelle protection de Dutroux par des personnalités importantes.

23 novembre 1997: des documents de l’affaire Dutroux sont volés de la voiture d’un policier bruxellois.

17 février 1998: La commission établit cependant que Dutroux n’a pas bénéficié de protections au plus haut niveau de l’Etat.- 18 février 1998: une réforme de la police est décidée.- 19 février 1998: le Premier ministre Jean-Luc Dehaene refuse de démissionner à cause de l’affaire Dutroux.

23 avril 1998: Dutroux s’échappe du Palais de justice de Neufchâteau.
Il est arrêté quelques heures plus tard.
Démission des ministres de l’Intérieur et de la Justice Johan Vande Lanotte et Stefaan De Clerck.
affaire-dutroux-2
28 avril 1999 : une motion de censure contre le gouvernement échoue.Hubert Massa
14 juillet 2000: le procureur en charge de l’affaire, Hubert Massa, se suicide.
19 juin 2001: Dutroux est condamné à cinq ans de prison pour son évasion.
22 janvier 2003: dans une interview, Dutroux nie les quatre assassinats.
Il suggère l’existence d’un réseau pédophile impliquant les plus hautes personnalités du royaume, provoquant un nouveau scandale.
30 avril 2004: La justice ordonne le renvoi aux assises de Dutroux, Martin et Lelièvre. Elle crée la surprise et relance la thèse du réseau en ordonnant également le renvoi de Michel Nihoul.
1er mars 2004: Ouverture du procès Dutroux devant la cour d’assises d’Arlon.
14 juin 2004: le jury se retire pour délibérer sur la culpabilité des quatre accusés.
17 juin 2004: Le jury populaire de la cour d’assises d’Arlon déclare Dutroux coupable de l’enlèvement, la séquestration et le viol entre juin 1995 et août 1996 de six fillettes et adolescentes belges.
Il le déclare également coupable de l’assassinat d’An et Eefje et responsable de la mort de Julie et Melissa.
Michel Lelièvre et Michelle Martin sont reconnus coupables respectivement des enlèvements et des séquestrations.
Le jury ne parvient pas en revanche à trancher la question de la responsabilité de Michel Nihoul dans les rapts d’enfants imputés à Marc Dutroux.
Il est acquitté par les magistrats de la cour d’assises en tant qu’auteur de rapts d’enfants mais le président de la cour d’assises ordonne une nouvelle délibération des jurés sur sa complicité dans les enlèvements.
22 juinMarc Dutroux est condamné à la prison à perpétuité pour l’enlèvement, la séquestration et le viol de six jeunes filles en 1995 et 1996, ainsi que l’assassinat de deux de ses victimes et d’un de ses anciens complices. Michelle Martin et Michel Lelièvre écopent respectivement de 30 et 25 ans de réclusion criminelle.
Michel Nihoul est condamné à cinq ans de prison pour trafic de drogue et d’êtres humains.

d) Les Failles du système Juridico-Policier

Dutroux récidiviste:

Arrêté en 1986 et condamné à treize ans de prison pour cinq enlèvements et viols de filles âgées de 11 à 19 ans, le pédophile est libéré dès avril 1992, contre l’avis du procureur et des psychiatres.
Aucun suivi n’est ensuite assuré.
Pire : arrêté en novembre 92 pour des attouchements sexuels sur une fillette, il est immédiatement relâché, sans être inquiété.

Guerre des polices, enquêtes bâclées :

La police d’une part, la gendarmerie de l’autre, les juges d’instruction au milieu : les différentes enquêtes sont éparpillées, dans un contexte de restructuration du système judiciaire où chacun essaye de tirer la couverture à soi.
Résultat : chaque service garde jalousement ses informations.

Les gendarmes chargés de l’enquête “Julie-Mélissa” sont ainsi sur la piste de Dutroux dès juillet 1995. L’opération, secrète, est baptisée “Othello“.
Ils surveillent les maisons de leur suspect et profitent même de son incarcération dans l’affaire de trafic de camions pour prétexter une perquisition.
Le 12 décembre, ils fouillent la cave où sont enfermées Julie et Mélissa, sans dénicher la cache.
Il faudra attendre l’arrestation de Dutroux pour que le dossier soit centralisé à Neufchâteau.
Tous ces dysfonctionnements seront déballés au grand jour début 1997 lors des débats de la commission d’enquête parlementaire, spécialement créée pour l’occasion par le roi Albert II.
Les audiences seront retransmises pendant deux mois en direct à la télévision.

Mi-octobre 1996, le juge Connerotte participe à un “souper-spaghetti” de soutien à Sabine et Laetitia.
Il est aussitôt dessaisi pour partialité.
La décision révolte les Belges alors que grandissent les premières rumeurs sur un réseau de pédophilie géré par des notables.
Le 20 octobre, la “Marche Blanche”, en présence de Sabine et Laetitia, réunit entre 300 000 et 350 000 personnes à Bruxelles.
Les participants y manifestent aussi bien leur soutien aux victimes d’actes de pédophilie que leur rejet du système judiciaire.
Et se remémorent la phrase lâchée par le procureur Bourlet en août : “J’irai jusqu’au bout si on me laisse faire“. L’affaire Dutroux devient une affaire “d’Etat”.


 

e) Un réseau

Dutroux agit-il pour le compte d’un réseau de pédophilie dirigé par des “puissants” ou est-il un “prédateur isolé”? Les partisans des deux thèses, baptisés “croyants” et “incroyants”, s’opposent fermement sur le sujet.
Pour les premiers, c’est la seule manière d’expliquer la première libération de Dutroux, les errements et les oublis de l’enquête ou bien encore son évasion.
Pour les seconds, il ne s’agit que d’une rumeur non fondée, ce à quoi conclut la commission d’enquête parlementaire.

Un homme attire néanmoins tous les regards : Michel Nihoul.
Cet homme d’affaires sulfureux, aujourd’hui âgé de 62 ans, gravite dans le gotha bruxellois et organise, selon ses propres termes, des “partouzes” pour les personnalités.
Son lien avec l’affaire?
Il a passé de nombreux coups de téléphone à Marc Dutroux avant et après l’enlèvement de Laetitia.
Selon lui, c’était en vue de faire réparer sa voiture.
Pour les “croyants”, Marc Dutroux agissait sur ses ordres après les “commandes” de clients.
Il devait ensuite “préparer” les filles et les remettre à Nihoul.

Au total, le dossier fait 400 000 pages, l’acte d’accusation 72 et plus de 450 témoins devraient être entendus.

Les différentes cellules d’enquête qui ont opéré dans l’affaire Dutroux, les dossiers connexes et les différents dossiers d’enfants disparus ont presque toujours fermé des portes plutôt que de les ouvrir, soit par incrédulité, soit par paresse, soit par bêtise, soit pour des raisons que l’on n’ose pas imaginer, à savoir la protection de certains personnages.


f) Les témoins X

À la suite de l’arrestation de Dutroux le 12 août 1996, les fameux témoins X, se présentent auprès des gendarmes de la cellule d’enquête de Neufchâteau, spécialement constituée pour enquêter sur le dossier Dutroux (suite à l’enlèvement de Laetitia Delhez ) et tous les dossiers connexes.

Alors qu’en  août 1996, le juge d’instruction Jean-Marc Connerotte tente de suivre la piste des réseaux. Il est licencié et remplacé par un débutant.

juge LangloisLe juge Jacques Langlois, qui reprend donc l’instruction, ne semble pas empressé de prendre ce dossier “Bis“.
Celui-ci -celui des réseaux-  a été volontairement écarté du procès Dutroux.

Pourtant ce dossier “Bis” laisse entendre que des hommes puissants, situés à la tête de l’état, voir dans la famille royale belge, que des industriels et des hommes d’affaire du plus haut niveau, que des hommes politiques d’envergure, des magistrats, des gendarmes etc. sont les clients, les consommateurs ou les chefs de ces réseaux.
Qu’il s’agit même en quelque sorte d’un mode de vie dans lequel on est initié, un peu comme on peut l’être dans une société secrète, et où on obéit à une incontournable et mortelle loi du silence…
Il s’agit d’une initiation à des pratiques sexuelles hyper violentes, à des meurtres, à de l’anthropophagie, de la coprophagie, de la zoophilie, à de la toxicomanie, à des chasses à l’homme, bref à tout ce qui finit par incarner le mal absolu comme si le mal absolu ou le bien absolu n’était qu’une même chose, les revers d’une même médaille, celle du pouvoir.

Ces témoins X dépeignent donc une Belgique gangrenée par ces pratiques où chaque acteur acquiert du pouvoir dans la mesure où il possède des informations compromettantes sur ses collègues.

Quant à Dutroux, on peut dire qu’il est impliqué dans cet aspect du dossier de façon très indirecte. Il ne serait que l’un des fournisseurs,  tardif, dans la mesure où ces réseaux existent depuis longtemps (au moins depuis les années 50 et 60 selon un des témoins X)
Michel Nihoul, autre inculpé dans l’affaire Dutroux est plus volontiers cité par les témoins X, on peut même dire que c’est son passage en tant que suspect puis inculpé devant tous les écrans de télévision des foyers belges qui a suscité ces vocations à témoigner et à dénoncer ces réseaux.

Article en cours….

17
JUIL
2018

Réseau Pédocriminel | L’inceste et les abus rituels “initiatiques” dans la secte maçonnique

Source : MK-Polis Le témoignage suivant est un extrait du livre “Terror, Trauma and The Eye In The Triangle” (Terreur, trauma et l’oeil dans le triangle: la présence maçonnique dans l’art et la culture contemporaine) paru en 2007. Lynn Brunet nous révèle...
25
JUIN
2018

Olivier Maingain | «Thérapie obligatoire pour les pédophiles»

La possible libération prochaine de Marc Dutroux a motivé le dépôt de ce texte Mieux répondre à la gravité des crimes à caractère sexuel commis sur les mineurs. C’est la volonté de DéFI qui dépose un texte de loi qui durcit les conditions pour ces délinquants, en augmentant le...
02
JUIN
2017

Belgique | Dutroux a des exigences, et en cas de refus, il menace d’attaquer en justice l’État Belge

Un vélo, une hausse de salaire, recevoir la visite d’une personne et passer plus de temps avec un détenu: Marc Dutroux a fixé ses exigences. “Si à la prochaine réunion, ces demandes et d’autres ne sont pas acceptées, nous lancerons une citation contr...
31
MAR
2017

La maison au fond Dutroux – Sars-la-Buissière

Dutroux, un nom gravé dans l’histoire de la Belgique, une des histoires les plus morbides que ce pays ait connu. Les histoires criminelles et les faits divers m’intéressent énormément, assez pour me retrouver dans la maison d’un des hommes les plus détestés au monde. N’ai-je pas...
17
MAR
2017

Belgique | L’Affaire Dutroux jouée au théâtre par des enfants !

Faire jouer l’affaire du tueur pédophile Marc Dutroux par des enfants au théâtre. C’est le pari du metteur en scène suisse Milo Rau, auteur de pièces en prise avec le réel comme les “Derniers jours de Ceaucescu” ou “Hate radio” sur le génocide...
10
MAR
2017

Belgique | Affaire Dutroux – Michelle Martin absente, l’audience est tout simplement reportée

Michelle Martin absente ce jeudi matin à la Chambre du conseil de Namur : l’audience est reportée sans précision de date. Michelle Martin devait comparaître ce jeudi devant la chambre du conseil de Namur. La convocation fait suite à une plainte pour organisation frauduleuse...
05
SEP
2016

20 ans après | Carine Russo, la mère de Mélissa, l’une des victimes de Marc Dutroux, parle

Le 17 août 1996, les corps sans vie de Julie et Mélissa, 8 ans, sont retrouvés dans la propriété d’un certain Marc Dutroux, ferrailleur inconnu du grand public (plus pour longtemps) mais très défavorablement connu des services de police, pour ses affaires de « mœurs ». Deux jours...
03
SEP
2015

Réouverture du dossier Dutroux: la piste du père d’Eefje vise une mystérieuse BMW noire

Réouverture du dossier Dutroux: la piste du père d’Eefje vise une mystérieuse BMW noire       Jean Lambrecks, père d’Eefje, a déposé mardi un dossier au parquet du Limbourg demandant l’ouverture d’une enquête à propos de nouveaux éléments...
17
AOûT
2015

Le frère d’Eefje parle pour la première fois

Le frère d’Eefje parle pour la première fois   “Pour moi, Dutroux n’est pas un pervers isolé” Voilà 20 ans qu’An Marchal et Eefje Lambrecks ont été enlevées. C’était le 25 août 1995. Leendert, le frère d’Eefje, avait 12 ans à ce...