01
AOûT
2019

Alan Dershowitz suggère d’abaisser l’âge du consentement sexuel à 14 ans

Dershowitz faisait partie de l’équipe qui a conclu une entente avec Jeffrey Epstein, un délinquant sexuel reconnu coupable, qui l’a envoyé en prison pendant 18 mois

Crédit/Alliance

Dershowitz défend l’article de 1997 ” Le viol assisté est un concept dépassé ”

En 1997, Alan Dershowitz a écrit une chronique d’opinion intitulée “Le viol légal est un concept dépassé”.
Aujourd’hui, 22 ans plus tard, il défend la chronique sur Twitter, à un moment délicat : Dershowitz faisait partie de l’équipe qui a conclu une entente avec Jeffrey Epstein, un délinquant sexuel reconnu coupable, qui l’a condamné à 18 mois de prison, une peine que les critiques d’aujourd’hui qualifient de particulièrement brève et clémente.

Epstein est maintenant poursuivi pour trafic sexuel et est accusé d’avoir abusé sexuellement de dizaines de filles mineures.

M. Dershowitz, éminent avocat de la défense et professeur émérite de droit à l’Université Harvard, est lui-même accusé d’abus sexuel par deux des victimes présumées d’Epstein, Virginia Roberts Giuffre et Sarah Ransome. Il nie avec véhémence les accusations portées contre lui.

La chronique de 1997 attire de nouveau l’attention après avoir été citée dans un article du New Yorker sur Dershowitz et son enchevêtrement avec Epstein. Dans cette chronique, parue dans le Los Angeles Times, Dershowitz soutient que le viol légal est un concept juridique de moins en moins pertinent puisque les rapports sexuels entre adolescents sont normalisés et rarement poursuivis.

“Cela soulève une question fondamentale quant à la légitimité continue des lois sur le détournement de mineure à une époque où les rapports sexuels impliquant des adolescents sont si répandus et où les poursuites pour détournement de mineure sont si sélectives “, écrit Dershowitz.

“Il est évident qu’il doit y avoir des sanctions pénales contre les rapports sexuels avec de très jeunes enfants, mais il est douteux que de telles sanctions s’appliquent aux adolescents ayant dépassé l’âge de la puberté, puisque les rapports sexuels volontaires sont si courants dans leur groupe d’âge.
Il suggère ensuite d’abaisser l’âge du consentement à 15 ans, voire à 14 ans.

Confronté à un barrage de critiques – pour sa gestion de l’affaire Epstein, pour les allégations contre lui et maintenant pour cette chronique – Dershowitz n’a pas eu à se plaindre. Il a dit à l’Agence télégraphique juive plus tôt ce mois-ci que “je n’ai pas de doutes et je continuerai à représenter des personnes controversées.

C’est ce que je fais. Si je suis dans une affaire, mon travail est d’obtenir le meilleur résultat possible.”
Il a également défendu la chronique de 1997 dans une série de tweets. Il a dit qu’il devrait y avoir des “exceptions Roméo et Juliette” au viol légal.

“Je m’en tiens à l’argument constitutionnel (et non moral) que j’ai présenté dans mon opinion controversée “, a-t-il écrit.

“Si une jeune fille de 16 ans a le droit constitutionnel de se faire avorter sans ingérence de l’État ou de ses parents, comment ne pourrait-elle pas avoir le droit constitutionnel d’avoir des relations sexuelles consensuelles ? … Je n’ai pas dit qu’il était moral d’avoir des relations sexuelles avec un jeune de 16 ans, mais plutôt que la question présente une énigme constitutionnelle digne de discussion.”

Il s’est également attaqué au profil new-yorkais de lui, écrit par l’écrivain Connie Bruck. Avant qu’il ne soit publié, il l’a qualifié de “pièce à succès” dans le “but explicite de réduire au silence ma défense du président Trump, du premier ministre Netanyahou et de l’État d’Israël”.

Le long article, intitulé “The Devil’s Advocate”, cite Giuffre qui, dans des accusations remontant à 2014, nomme Dershowitz parmi les hommes avec qui elle dit qu’Epstein l’a forcée à coucher.

Giuffre dit qu’elle a couché avec lui au moins six fois. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi elle avait décidé de nommer Dershowitz, elle a répondu à Bruck : ” Jeffrey s’en est tiré, essentiellement. Et Dershowitz a été l’une des personnes qui a permis cela.”

Dershowitz a nié avec véhémence ses allégations et a fini par poursuivre ses avocats en justice en 2015. Selon l’article, l’affaire a été réglée en 2016, la compagnie d’assurance de Dershowitz versant aux avocats de Giuffre une somme non divulguée.

Le règlement comprenait également une somme d’argent à Dershowitz “qui lui permettrait de réclamer un paiement”.

Dershowitz écrit que Giuffre “a une longue histoire de mensonges pour de l’argent” et ne semble pas avoir dit à ses amis ou au FBI qu’il était parmi les gens avec qui elle a eu des rapports sexuels.

Il dit qu’il a donné à Bruck accès à des cassettes dans lesquelles l’avocat de Giuffre, David Boies, reconnaît qu’il aurait été impossible pour Dershowitz de se trouver là où Giuffre prétend l’avoir rencontré. Boies conteste le compte de Dershowitz.

Ransome, qui a rencontré Epstein à 22 ans en 2006, a également dit à Bruck qu’Epstein lui avait ordonné de coucher avec Dershowitz. Elle a également été représentée par Boies dans une affaire de trafic sexuel contre Epstein, qui a été réglée en 2017.

Dersh0witz prétend n’avoir jamais rencontré Ransome, et dit qu’elle est malhonnête.

Il évoque un incident survenu en 2016, au cours duquel elle a déclaré au New York Post qu’elle avait des cassettes pornographiques de Bill Clinton et Donald Trump, mais qu’elle n’avait pas réussi à les produire lorsqu’on lui avait demandé.

Source : alliancefr.com

 

 

 

Avatar
Association Wanted Pedo