13
NOV
2019

Auch | Un homme relaxé d’agression sexuelle sur un garçon de son voisinage âgé de 12 ans

Le 13 décembre dernier, un garçon de 12 ans sort du collège, à L’Isle-Jourdain. Sur le pont au-dessus de la nationale, il croise un homme, qui lui caresse les fesses au passage.

 Photo AFP Illustration

L’enfant prend ses jambes à son cou et raconte tout à sa mère. Plainte est déposée.

La gendarmerie exploite les vidéos du secteur, mais rien…

Deux mois plus tard, la mère apporte à la gendarmerie la photo de celui que l’enfant a reconnu dans la rue.

Rapidement, un homme est identifié, et placé en garde à vue.

Les enquêteurs auditionnent le voisinage.

L. est bien connu, trop connu même, de ses voisins.

Il est bizarre. Il passe son temps à regarder les gens par la fenêtre.

«Un jour il m’a épié sournoisement avec un air pervers», raconte une riveraine.

Il a fait des avances à sa voisine de palier.

Il y a même une pétition qui circule, pour qu’il parte du quartier…

Non, décidément, L. n’a pas bonne presse.

L’enfant, lui, est décrit comme cohérent, ce n’est pas un affabulateur.

L. conteste tout. Avec sa façon à lui : notre homme n’est pas à l’aise avec les mots ni avec les raisonnements très complexes.

Devant le tribunal, ce jeudi, il s’embrouille.

Mais il a peu à dire.

C’est Charlotte Beluet, la procureur, qui le sort elle-même de l’ornière.

«Que retenir ?», déclare-t-elle en propos liminaire à son réquisitoire.

Car la procédure est vide !

Entre la plainte en décembre et la photo en février, rien.

Les déclarations des voisins ?

Certes, L. est peut-être un voisin exécrable, ça ne fait pas de lui un pédophile en puissance.

Et L. lui-même, comment pourrait-il se défendre à part en disant qu’il n’a rien fait ?

«Je pense que c’est arrivé, mais je ne peux rien prouver : vous ne pourrez pas entrer en voie de condamnation.»

«Merci pour votre réquisitoire», lance Me Gomez, l’avocate de L., qui, à son tour, pointe l’absence d’enquête, de recherche de témoins.

«La photo a été prise 2 mois après les faits, elle ne prouve rien !»

Elle suit le Parquet : la relaxe pour L. Après une délibération brève, le tribunal a prononcé lui aussi la relaxe.

Source : La Dépêche

WantedPedo 1
Association Wanted Pedo