15
MAR
2019

Auxerre | Un homme condamné à huit ans de prison ferme pour viol sur mineure

Un trentenaire comparaissait devant les assises de l’Yonne, ces 11 et 12 mars, pour plusieurs faits dont un viol sur une mineure. Il a été condamné à huit ans de prison ferme.


L’homme a notamment été reconnu coupable d’avoir violé une enfant de treize ans lorsqu’il avait une trentaine d’années. Photo d’illustration © Jérémie FULLERINGER

À l’époque des faits, en 2013, l’enfant a 13 ans, l’accusé en a un peu plus de trente.

Au terme de deux jours de procès et plusieurs heures de délibérations, le trentenaire a été reconnu coupable de viol sur mineur de quinze ans, provocation directe de mineur de quinze ans à l’usage illicite de stupéfiants, détention non autorisée de stupéfiants et détention de l’image d’un mineur présentant un caractère pornographique. Le procès se tenait aux assises de l’Yonne, à Auxerre, ces 11 et 12 mars 2019.

Ces faits ont été commis sur plusieurs jours de septembre 2013. Le 17 septembre 2013, la mère de la victime dépose une plainte. Un examen gynécologique sur la mineure confirme la possibilité d’un viol, que l’accusé a toujours nié, indique Maître Isabelle Dejust, qui représentait la partie civile, l’enfant victime, dans ce procès. “Ils se connaissaient depuis longtemps”, précise l’avocate, l’accusé étant selon elle “une connaissance de la famille”.

Reconnu coupable de l’ensemble des faitsLe trentenaire a été reconnu coupable de l’ensemble des faits qui lui étaient reprochés. Il a été condamné à huit ans de prison ferme, avec un suivi socio-judiciaire de six ans.

Il a été inscrit au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (Fijaisv). Il a également été condamné à verser 15.000 euros de dommages et intérêts à la victime au titre du préjudice moral.

“Ce qu’elle souhaitait, c’est être entendue dans sa qualité de victime”, estime Maître Isabelle Dejust, “par la condamnation, elle sait qu’elle est crue”.

Contactée, l’une des avocates de l’accusé n’a pas souhaité s’exprimer sur le verdict. Son client dispose de dix jours pour faire appel.

Source : lyonne.fr

Avatar
Association Wanted Pedo