Le tribunal correctionnel de Liège a décidé vendredi de solliciter l’avis d’un service spécialisé dans le traitement des délinquants sexuels avant de rendre son jugement dans le dossier d’un Liégeois de 68 ans poursuivi pour avoir perverti six adolescents. Le prévenu pourrait encore bénéficier d’un sursis malgré de lourds antécédents en matière de faits de mœurs.

–ÉdA Hermann

Récidiviste, l’homme avait déjà été condamné à 6 reprises pour des faits d’attentats à la pudeur et d’outrages publics aux mœurs à un total supérieur à 6 ans de prison entre 1970 et 1987. Il avait été jugé une septième fois et avait fait l’objet d’un internement en 1996. Libéré par la commission de défense sociale en 2013, il ne s’était plus soumis aux soins de son psychiatre et avait immédiatement récidivé.

La justice lui reproche d’avoir fait six nouvelles victimes sur une période de 2 ans en commettant sur de jeunes garçons adolescents âgés de 14 à 16 ans des faits d’attentat à la pudeur. Il lui est également reproché d’avoir facilité l’usage de produits stupéfiants à des mineurs et d’avoir détenu des images pédopornographiques.

Le parquet avait requis une peine de 5 ans de prison ferme, une mise à disposition du tribunal de l’application des peines pour une durée de 5 ans ainsi qu’une interdiction de fréquenter les enfants.

La défense avait sollicité une condamnation assortie d’un sursis. Cette demande oblige automatiquement le tribunal à solliciter l’avis d’un service spécialisé dans le traitement des délinquants sexuels afin de déterminer si le prévenu peut respecter d’éventuelles mesures probatoires.

Les débats seront rouverts le 16 juin.

Source: L’Avenir