25
MAI
2019

Besançon | Un homme de 48 ans condamné à 9 mois ferme pour avoir abusé des enfants de sa compagne pendant des mois

L’homme de 48 ans qui comparaît à la barre ce mercredi est suspecté d’avoir agressé sexuellement les enfants de sa compagne à plusieurs reprises. Il a toujours nié les faits mais les différentes auditions des deux enfants l’accablent. Le tribunal lui a infligé 18 mois de prison dont 9 mois avec sursis.

Illustration – Photo ER /Lionel VADAM

Les faits sont sordides. Ils se sont déroulés dans les trois pièces d’un appartement, à Besançon. Le prévenu qui comparait à la barre ce mercredi est suspecté d’avoir agressé sexuellement les deux enfants de sa compagne, pendant plusieurs mois et à maintes reprises.

La tête baissée, regardant la présidente, le quadragénaire nie les faits. Il s’exprime peu, par des phrases courtes et simples.

« C’est un dossier difficile en raison des déficiences de chacune des parties », prévient le conseil des enfants Me Caroline Bonnetain.

La famille est très modeste, isolée.

Tous ses membres souffrent d’un handicap intellectuel à différent niveau.

Dans l’appartement où se sont déroulés les faits, l’odeur est insoutenable.

Les enfants dorment à même le sol, sur un matelas sans couverture.

Ils sont « mal habillés », avec des vêtements trop grands.

Leur mère, déficiente, a quitté leur père, alcoolique, qui la battait.

Elle s’est installée chez son conjoint L., en compagnie de ses deux enfants, également handicapés, âgés de 7 et 11 ans.

L’homme qui les héberge loge avec son cousin qui travaille et occupe l’une des chambres.

Le couple et les enfants vivent dans les deux pièces restantes.

Les lieux de couchages ne sont pas définis dans le logement.

Tantôt les mineurs dorment sur un matelas, à proximité de la litière des chats.

D’autre fois, la jeune fille dort en compagnie de sa mère et de son beau-père.

Durant plusieurs mois, ils resteront en vase clos, sans être scolarisés.

Les multiples appels des voisins face aux cris quotidiens, qui traversent les murs de l’appartement, situé au 4e étage finiront par alerter les services sociaux.

Placés en famille d’accueil au milieu de l’année 2013, ils commenceront à dénoncer les faits, au mois de mars 2014.

Âgée de 8 ans, la petite fille confie à un psychologue que son beau-père lui a mis son « sexe dans la bouche ».

Elle parle aussi de « bisous sur la bouche » et de caresses sur les parties intimes.

Son frère explique qu’il a subi des pénétrations digitales et que son beau-père l’obligeait à « s’allonger sur le ventre ».

Pour garder le secret, L. les menaçait :

« Si tu le dis je vais te tuer ».

Il va falloir attendre juin 2014, pour qu’un signalement soit fait au procureur de la République, par les travailleurs sociaux.

À l’audience, la présidente Sophie Fouche, détaille les différentes auditions des enfants.

« J’aurais bien voulu les voir pour leur dire que j’étais désolé », insiste cette dernière.

L’ambiance est pesante.

La procureure Margaret Parietti requiert 4 ans d’emprisonnement dont 3 assortis du sursis, ainsi qu’une obligation de soin à l’encontre du prévenu.

À l’issue des délibérations, il a écopé de 18 mois dont 9 ferme avec obligation de soins et inscription au fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (FIJAISV).

Source : L’Est Républicain

Avatar
Association Wanted Pedo