14
AVR
2019

Besançon | Un oncle condamné à 30 mois de prison avec sursis pour agressions sexuelles incestueuses sur ses deux nièces de 5 à 11 ans au moment des faits

Agressions sexuelles sur mineures : 30 mois avec sursis

Les deux sœurs ont subi les agressions sexuelles incestueuses de leur oncle il y a plus de 8 ans. Toutes deux sont encore traumatisées aujourd’hui. Photo d’illustration ER /Lionel VADAM

Un oncle, entre 2003 et 2011, a procédé à des attouchements sexuels incestueux sur ses jeunes nièces. Il s’est présenté ce mercredi face aux magistrats pour répondre de ses actes, commis entre le domicile des fillettes à Besançon et leurs lieux de vacances à Franois, Port Leucate (11) et Bouclans.

Julie*, Agathe* et leur père ont le courage d’assister à l’audience du prévenu au tribunal correctionnel de Besançon. Leur mère, sœur du prévenu, n’est pas présente. L’homme responsable de leur traumatisme est leur oncle. Il est soupçonné de les avoir agressées sexuellement dès leur plus jeune âge.

Julie n’a subi qu’une seule fois ses gestes déplacés. Agathe, la cadette, a enduré ce supplice à quatre reprises. La première était âgée d’environ 8 ans, la seconde a souffert en silence depuis ses 5 ans jusqu’à ses 11 ans. Tout leur est revenu à l’adolescence.

Des pulsions violentes

Il opérait toujours de la même manière. Il se mettait derrière ses nièces et leur passait une main dans la culotte pour toucher leur sexe, tout en se frottant contre leur dos. Les victimes, aujourd’hui majeures, s’en souviennent très bien. Elles ont cependant toujours affirmé aux enquêteurs qu’il n’avait jamais sorti son sexe ni ne les avait pénétrées.

Son expertise psychiatrique révèle un esprit qui n’a jamais appris les interdits. Son frère a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle pour avoir violé ses propres sœurs. Issu d’une famille sans amour, il s’est construit une personnalité inhibée faite de brèves pulsions sexuelles, violentes et irrépressibles, sans pour autant devenir psychopathe. Il a néanmoins détruit la jeunesse de ses deux nièces. Il s’en excuse du bout des lèvres.

La sensation d’avoir été souillées

« Il a bousillé la vie d’Agathe, s’emporte Me Catherine Bresson, l’avocate de la cadette. Ce n’est pas tant la gravité des faits que leurs conséquences qu’il faut juger en l’espèce. Les manifestations somatiques ont été gravissimes. Boulimique à 6 ans, anorexique lors de la révélation des faits en 2011, elle se scarifiait aussi le corps. Je réclame 7 500 € pour ses préjudices, même si je sais que cette somme n’effacera jamais le mal qu’il lui a fait. »

« Julie a toujours la sensation d’avoir été souillée, souligne Me Enguerrand Bagot, son conseil. Elle culpabilise de n’avoir pas su et pu protéger sa petite sœur. Elle n’a rien dit à l’époque. Je voudrais que le tribunal lui fasse comprendre qu’elle n’est pas coupable. Je souhaite qu’elle soit dédommagée à hauteur de 3 000 €. »

Le tribunal condamne le prévenu à 30 mois de prison, totalement assortis d’un sursis et d’une mise à l’épreuve de deux ans. Il devra se soigner, travailler et indemniser ses victimes, 5 000 € pour Agathe et 2 000 € pour Julie. Il ne devra en aucun cas les approcher. Enfin, il sera inscrit au fichier des délinquants sexuels.

*Les prénoms ont été modifiés.

Source : estrepublicain

Avatar
Association Wanted Pedo