02
DéC
2019

Châtellerault | Une fillette de 10 ans agressée sexuellement par un autre élève

La mère d’une écolière de Jules-Ferry à Châtellerault a porté plainte pour agression sexuelle sur sa fille par un autre écolier.

Illustration Nice-Matin

 

Ce n’était pas la première fois qu’il y avait des signalements contre le jeune agresseur présumé.

Consternation à l’école Jules-Ferry de Châtellerault. Jeudi 21 novembre, entre 12 heures et 14 heures, une élève de CM2, âgée de 10 ans, est victime d’une agression sexuelle, au sein de l’établissement, par un autre enfant, un garçon, scolarisé en CE2.

La mère de la fille dépose plainte jeudi 28 novembre au commissariat de police « contre l’école et la famille », pour atteinte sexuelle sur mineur de moins de 15 ans.

Dans sa déposition, la maman raconte aux policiers les faits concordants que sa fille lui a confiés ainsi qu’à la directrice de l’école.

« Ma fille, avec ses mots d’enfants, m’a dit qu’elle s’est fait « violer » par un camarade qui l’a plaquée contre le portail, qu’il s’est frotté contre elle en tentant de mettre sa main dans sa culotte, tout en lui disant qu’il allait la défoncer », « Ma fille est suivie par un psy et ne va plus à l’école ».

Depuis les faits, la jeune victime, qui souffre d’une « angoisse post-traumatique » avec des « cauchemars la nuit », est suivie par une psychologue et n’est pas retournée à l’école.

« Je suis en colère, témoigne la maman. J’ai rencontré la directrice qui m’a dit que ce n’était pas la première fois qu’il y avait des signalements contre lui. Le garçon lui a dit que c’était un jeu. Elle m’a juste dit que ma fille reprendrait le chemin de l’école quand elle irait mieux. J’ai aussi contacté l’inspecteur de l’Éducation nationale de Châtellerault pour m’entendre dire que soit elle retournait à l’école et faisait face à son agresseur soit elle changeait d’école. »

La mère, qui réclame une exclusion de l’auteur présumé ou, à tout le moins, des sanctions disciplinaires, poursuit :

« Au final, son agresseur reste à l’école et ma fille, elle, n’y va plus ! C’est incompréhensible. C’est elle la victime, et là on fait comme si elle est coupable. Elle se sent coupable. Si rien ne bouge, on va faire une action avec les parents mardi pour qu’on ne dépose pas les enfants à l’école ».

Contacté, l’inspecteur de l’Éducation nationale, Nicolas Paquet, précise :

« Les faits se sont produits hors temps scolaire, entre midi et 14 heures, donc sous le temps de surveillance du personnel municipal », « Mais on travaille avec la mairie pour trouver des solutions. On a proposé à la maman des choses pour que sa fille puisse revenir à l’école en étant sûre de ne pas avoir à faire à ce garçon. Une décision qui ne la satisfait pas. On reviendra vers elle mardi pour faire un nouveau point de la situation. »

De son côté, la Ville indique que « les parents du petit garçon seront reçus dès lundi par le service Éducation » et qu’ « à l’heure actuelle, aucune décision n’est prise, et ce, jusqu’à la conclusion de la procédure ».

 

Source : centre-presse.fr

Avatar
Association Wanted Pedo