01
NOV
2019

Craon | Un pédocriminel condamné à six mois de sursis pour avoir agressé sa petite-fille

Un homme a comparu devant le tribunal correctionnel de Laval, jeudi 24 octobre. Il a été condamné pour agression sexuelle sur sa petite-fille pour des faits à Craon en août 2016.

L’homme a été jugé au tribunal de grande instance de Laval. (©Courrier de la Mayenne)

L’homme qui s’est présenté à la barre du tribunal de grande instance à Laval (Mayenne), jeudi 24 octobre 2019, est le grand-père par alliance de la victime, que cette dernière considérait comme son papi.

En août 2016, à Craon, il n’a pourtant pas hésité à agresser sexuellement la jeune fille alors mineure. La grand-mère, en rentrant chez elle un jour, a découvert son mari en train d’espionner la jeune fille sous sa douche. Il avait trafiqué la VMC pour pouvoir la voir du grenier.

Je voulais partir et quitter ma femme

« Le prévenu a expliqué que son voyeurisme était un stratagème pour quitter sa femme », relève la présidente du tribunal, Sabine Orsel. « Je voulais partir et quitter ma femme, mais je n’y arrivais pas… Je voulais que ma femme me trouve », à tenter de justifier le septuagénaire à la barre.

Après ces faits, la jeune fille s’est confiée à sa grand-mère et lui a expliqué qu’un soir où elle était un peu ivre, l’homme en avait profité. Alors qu’elle se lavait les dents, il lui aurait mis les mains aux seins par dessus ses vêtements.

Elle a alors fait semblant de tomber et il l’aurait ramené dans sa chambre, croisant sur le chemin la grand-mère et le père de la victime qui se sont alors chargés d’elle.

 

Condamné à six mois de sursis

Le prévenu réfute l’agression sexuelle et soutient avoir voulu la retenir dans sa chute. Il avoue « en avoir légèrement profité ».

Le père a porté plainte un an après les faits, sur une suggestion de l’Aide sociale à l’enfance, constatant l’état de la jeune fille qui se dégradait. Elle était suivie pour des troubles de la personnalité et aurait tenté de se suicider par deux fois, entraînant ainsi son hospitalisation d’office.

Le prévenu a été condamné à six mois de prison avec sursis, avec une mise à l’épreuve de deux ans et une obligation de soins. Il a été inscrit au fichier des auteurs d’infractions sexuelles.

Source : actu.fr

Avatar
Association Wanted Pedo