31
OCT
2019

Épinal | Condamné à 19 ans de prison pour viols, il fait appel

Commentaires : Off

Jugé par la cour d’assises des Vosges il y a une quinzaine de jours, un quinquagénaire, accusé de viols sur ses deux filles, a décidé de faire appel. Il avait écopé de 19 ans de réclusion criminelle

Le quinquagénaire a fait appel de la décision rendue par les jurés des assises des Vosges. Photo d’archives VM

Ce quinquagénaire avait écopé de cette peine pour d’innombrables viols sur ses deux filles.

Des viols qui ont commencé alors qu’elles n’avaient que 5-6 ans et qui se sont poursuivis, de manière très régulière, jusqu’à la fin de leur adolescence.

Preuve de ces viols incestueux : sa fille aînée a donné naissance à une enfant dont il est le père. En effet, les expertises ADN ont prouvé la paternité de l’accusé.

Dans le box, le quinquagénaire a concédé les viols sur sa fille aînée mais il a nié tout sur la cadette. Il a juste avoué des attouchements.

Des aveux partiels qui n’ont que très légèrement allégé sa peine puisque le quinquagénaire a écopé de 19 ans de prison, soit un an de moins que la peine maximale encourue.

Au moment du verdict, la présidente de la cour, Catherine Hologne, a expliqué à l’accusé qu’il avait 10 jours pour faire appel du jugement. L’homme n’a pas tardé à réagir puisque, dans les heures suivantes, il interjetait appel.

« La sanction est sévère. Il use donc de son droit d’appel, étant précisé que cet appel porte uniquement sur le volet pénal et pas sur le volet des indemnités », déclarent Me Boulanger et Lagardette, les deux avocats de la défense pendant le procès.

En effet, le quinquagénaire a également été condamné à verser des dommages et intérêts aux victimes.

La fille aînée a eu droit à 80 000 € de préjudice contre 50 000 € pour la fille cadette. L’enfant née de la relation incestueuse a également été reconnue victime et a touché 20 000 €.

Mais le quinquagénaire étant insolvable, c’est le fonds de garantie des victimes qui se chargera du versement.

L’homme sera donc rejugé par la cour d’appel de Nancy.

Source : vosgesmatin.fr

Avatar
Association Wanted Pedo