08
MAR
2019

Foix | 12 ans ferme pour viol sur mineur

Le procès aux assises a finalement duré moins longtemps que prévu et s’est conclu hier. Le mis en cause a été condamné à 12 ans ferme, soit quatre ans de moins que les réquisitions.

JUSTICE © Archives LoicVenance

La condamnation ne faisait aucun doute car le mis en cause avait reconnu les faits. Marc (1) a comparu devant la cour d’assises de Foix pour viol et agression sexuelle sur mineur.

Entre 2008 et 2013 à Pamiers, il avait abusé du beau-fils de son frère, Léo, alors âgé de 7 à 13 ans. Le jury populaire, composé de quatre femmes et deux hommes, l’a condamné à 12 ans de prison ferme au terme d’un procès qui aura duré moins longtemps que prévu, puisqu’il devait se conclure aujourd’hui.

Les jurés n’ont pas suivi les réquisitions de l’avocat général, Jean-Paul Lescat, qui avait demandé 16 ans ferme. Soulignons que Marc risquait jusqu’à 20 ans de réclusion.

«C’est une décision juste et équitable, déclarait hier, au sortir de l’audience, Me Frédéric Baby, l’avocat de Léo et de sa mère.

Elle permet de satisfaire tout le monde : les arguments des parties civiles et du mis en cause ont été entendus. La victime et sa mère sont maintenant soulagés, ils pourront tourner la page.

Ce d’autant plus que cette décision équilibrée me fait penser qu’aucune des parties ne va interjeter appel. Ne pas revivre un autre procès, ça n’a pas de prix.»

Une experte absente …
Le procès, à huis clos pour protéger la victime a donc permis, en entendant de nombreux témoins, de donner la parole à chacun.

Non sans quelques incidents : le président a dû solliciter les gendarmes pour aller chercher deux témoins qui étaient cités… et une experte psychiatre ne s’est pas présentée à l’audience !

Marc, 36 ans, carrure de rugbyman, plombier de métier, «a eu deux moments durant le procès, assure Me Baby. Lundi, il a eu une présentation impeccable. Et après, il y a eu quelques moments de friction avec des témoins.» Son casier judiciaire chargé n’a sans doute pas joué pour l’accusé, même s’il n’avait aucune mention de violence sexuelle à son passif.

Dans sa plaidoirie rapide mais percutante, son avocat, Me Raphaël Giraud, a rappelé l’importance de la personnalisation de la peine. Celui qui fut lauréat du concours d’éloquence de l’ordre des avocats de Toulouse a ainsi rappelé le parcours chaotique de Marc. Celui-ci, né à Saint-Pol-sur-Mer, a ainsi été abandonné très jeune par ses parents et perdu la trace de ses frères et sœurs.

Léo est lui aussi venu à la barre. Raconter son calvaire. Jusqu’au moment où, de lui-même, il a stoppé son agresseur.

Et avertit sa mère et son beau-père, Alain. Alain, très vite, a poussé son frère à tout avouer aux forces de l’ordre.

Le violeur à déjà passé plus de deux ans en détention provisoire à la maison d’arrêt de Foix.

Au titre des intérêts civils, il devra également verser 25 000 euros à Léo et 10 000 euros à sa mère.

1.Les prénoms ont été modifiés

Source : ladepeche.fr

Avatar
Association Wanted Pedo