21
MAR
2019

Israël | 14000 personnes se prostituent, parmi elles 3000 mineurs

Quelque 14 000 personnes en Israël se livrent actuellement à la prostitution. 95 % sont des femmes, dont 3 000 mineures.

Ces chiffres ont été présentés lors de la conférence annuelle sur la condition de la femme organisée la semaine dernière par par la filière M.A. sur les études sur le genre et le féminisme à l’Institut Schechter d’études juives de Jérusalem.

Selon les données présentées, les plus jeunes entrent dans le cycle de la prostitution à  l’âge de 13 ans.

Selon les témoignages de femmes prostituées et de celles qui ont quitté le milieu, la plupart d’entre elles ont subi de graves abus sexuels dans leur enfance.

Seulement 20% de ces femmes parviennent finalement à sortir du cycle de la prostitution.

La conférence s’est tenue pour la 13e fois jeudi avec le soutien de la professeure Alice Shalvi, ancienne rectrice et présidente par intérim de Schechter.

Parmi les orateurs figuraient des femmes qui ont participé à l’adoption de la loi de 2018 incriminant les consommateurs de prostitution, adoptée peu de temps avant la proclamation des élections actuelles à la Knesset.

La nouvelle loi entrera en vigueur dans un délai de 16 mois, en même temps qu’un programme de réadaptation pour les femmes qui se livrent à la prostitution, et imposera des amendes aux consommateurs.

Israël est le huitième pays au monde à adopter une telle loi.

“Dans le passé, il y avait un véritable commerce de femmes en Israël “, a déclaré Nitzan Kahana, militante sociale et directrice associée de l’Équipe spéciale sur la traite des êtres humains et la prostitution.

“Puis, dans les années 1990, l’État a introduit une législation complète contre ce phénomène, qui a été effectivement éradiqué, mais la demande a persisté et les proxénètes ont poussé les femmes israéliennes à la prostitution.

“Nous voulions introduire la loi nordique qui interdit la consommation de la prostitution.

Nous disons que cet acte est immoral et inapproprié, et nous avons agi pour introduire le modèle d’incrimination des clients.”

Sur la question de savoir si la loi est susceptible d’encourager d’autres manifestations criminelles telles que le viol, Nitzan Kahana a répondu :

” la loi seule ne peut éradiquer la consommation de prostitution, mais des sondages d’opinion en Suède, où la loi a été adoptée à la fin de la décennie précédente, montrent que l’approche de la consommation de la prostitution a changé.

Aujourd’hui, 80 à 90 % des hommes appuient la loi interdisant la consommation de prostitution. “

Na’ama Goldberg, fondatrice et directrice de l’association Don’t Stand Aside (Lo Omdot Mineged), qui aide les femmes qui se livrent à la prostitution à répondre à leurs besoins immédiats tels que vêtements, nourriture, médicaments et aide psychologique, a décrit les femmes qui se retrouvent happées dans l’enfer de la prostitution.

“Les femmes qui se prostituent ne sont pas des femmes qui ont le choix, dit-elle.

“Les femmes normatives n’ont pas du tout ce dilemme.

Dans de nombreux cas, nous parlons de traumatismes graves tels que l’inceste, des filles provenant de foyers non fonctionnels, dont les besoins affectifs ont été négligés, fuyant leur foyer et se jetant directement dans les bras des proxénètes dans le but de trouver l’amour.

C’est là que le cercle vicieux commence.”

Source : Alliance

WantedPedo 1
Association Wanted Pedo