07
AVR
2019

La Chapelle-Saint-Mesmin | Un instituteur du groupe scolaire Jean Vilar écope d’1 an ferme pour avoir mis la main dans la culotte d’une petite fillette de 4 ans pendant sa sieste à l’Ecole

Un an de prison ferme pour un instituteur condamné pour agression sexuelle sur une fillette

Le groupe scolaire Jean Vilar à La Chapelle-Saint-Mesmin – capture d’écran Google

Un instituteur du groupe scolaire Jean Vilar se réveille ce mardi matin en prison. La semaine dernière, l’une de ses élèves, âgée de 4 ans, a raconté à sa maman qu’il lui avait mis la main sur le sexe pour la réveiller de la sieste. L’instituteur dit ne pas savoir pourquoi il a commis un tel geste.

C’est en rentrant de l’école la semaine dernière qu’une fillette de 4 ans a tout raconté à sa maman. Pour la réveiller de sa sieste, son instituteur, un homme de 52 ans, a glissé sa main dans sa culotte, sur le sexe de la fillette.

Les parents ont aussitôt réagi en utilisant leur téléphone portable. Ils demandent à leur fillette de mimer sur sa poupée ce qu’il s’est passé. Elle raconte alors qu’elle a fait un gros dodo dans la salle de classe, que son maître l’a réveillée et là elle met la main sur le sexe de la poupée. Son papa lui demande

“combien de fois ?”.

Elle répond :

“une seule fois, aujourd’hui, et dans la culotte”.

L’ADN de l’instituteur retrouvé sur la culotte de la fillette

Cette vidéo, les parents la montrent aux policiers. Sur les conseils d’une amie, ils ont aussi gardé les vêtements de la petite dans une enveloppe pour qu’ils soient analysés. L’expertise va mettre en évidence la présence de l’ADN de l’instituteur, notamment dans la culotte de la petite.

Hier, devant le tribunal, l’instituteur a reconnu ce geste sans réussir à l’expliquer, affirmant qu’il “regrettait”. Professeur des écoles depuis 24 ans, il enseignait à La Chapelle-Saint-Mesmin depuis six ans. Les policiers ont interrogé deux de ses collègues qui n’ont fait état d’aucun autre geste déplacé.

Pas d’autres faits, pas d’autres victimes, pas de casier judiciaire avant cela. La justice a voulu aller vite, en le présentant en comparution immédiate. Condamné à un an de prison ferme, il a été écroué, avec l’obligation de se soigner, l‘interdiction de travailler avec des enfants. Il est inscrit au FIJAISV, le fichier des délinquants sexuels.

Source : francebleu

Avatar
Association Wanted Pedo