18
NOV
2019

La Réunion | Deux pédophiles débusqués par des lanceurs d’alertes grâce à de faux profils seront jugé en correctionnelle

Deux Tamponnais devront répondre de leurs comportements pédophiles le 27 février prochain, devant le tribunal correctionnel de Saint-Pierre. C’est là l’aboutissement d’une procédure judiciaire qui a débuté le 19 mai dernier, et révélée par le JIR.

Ce dimanche-là, un homme de 85 ans, Franco C. se présente au centre-ville du Tampon, pour un rendez-vous qu’il a fixé à une enfant de 12 ans.

Alicia est en réalité un leurre, un faux profil créé sur Facebook, par Steve Moore, un père de famille installé à Saint-Denis.

L’homme consacre l’essentiel de son temps libre à débusquer les pédo-criminels qui surfent par milliers sur le net et les réseaux “dits sociaux”.

Steve Moore maîtrise parfaitement le profil d’Alicia, la faisant communiquer avec crédulité et naïveté innocente avec des pédophiles de La Réunion, mais aussi de l’Hexagone ou d’autres pays francophones, comme le Canada.

Cette rencontre du 19 mai fut programmée au terme de plusieurs semaines d’échanges sur Facebook, que Franco C., ne cachait ni son identité, si ses attributs, dont il envoyait régulièrement des clichés à Alicia.

Ce n’est pas la pré-adolescente virtuelle qui s’est présentée au rendez-vous, mais Steve Moore et un de ses amis, armé d’une Go-Pro qui a filmé et enregistré les échanges.

Placé devant les preuves de ses perversions pédophiles, Franco C. a nié avoir un rendez-vous avec une enfant de 12 ans.

Il a également affirmé que son compte Facebook avait été piraté.

Dès le lendemain, le parquet de Saint-Pierre décidait d’ouvrir une enquête judiciaire qui a formellement mis en cause l’octogénaire, les preuves ayant été collectées dans ses ordinateurs saisis.

Ces investigations ont également permis la mise en cause d’un autre pédophile, Jimmy N. qui avait des échanges réguliers, textes et photos lui aussi, avec Alicia.

Il se trouve que, comme Franco C., Jimmy N. intervient dans le milieu associatif des personnes handicapées.

Les deux hommes seront jugés en février, pour “proposition sexuelle à personne se présentant comme mineur de 15 ans, par utilisation d’un moyen de communication électronique”.

Ce délit est puni de 2 ans de prison, au maximum, peine assortie d’un suivi socio-judiciaire.

Le combat de Steeve Moore s’est étendu à la France hexagonale où le mouvement devenu Team Moore multiplie les actions pour débusquer les pédophiles, avec une volonté de sensibiliser les parents avec ce slogan “les prédateurs sont déjà dans la poche de vos enfants”.

Source : Clicanoo

WantedPedo 1
Association Wanted Pedo