19
JUIL
2013

Le rôle de la Franc-Maçonnerie dans l’Affaire d’Outreau

Mots-Clés : -
Commentaires : Off

Jacques Thomet avait soulevé la question, somme toute banale chez nos amis britishs : : « Qui chez les juges du parquet et du siège, et chez les avocats de la défense et des enfants victimes, n’appartenait pas à cette secte ? »

19 juillet 2013
http://www.jacquesthomet.com/Dans mon enquête de deux ans sur « Retour à Outreau » (éditions KontreKulture), j’ai évité d’aborder la question maçonnique pour ne pas « polluer » mon principal objectif : la défense des enfants français violés et désormais privés de parole quand ils ne sont pas traités de menteurs ou mêle remis à leurs prédateurs par certains juges.Comme j’ignore à quelle date sera programmé le nouveau procès de Daniel Legrand Fils pour viols sur mineurs à Outreau quand il était lui-même mineur (il a été acquitté en 2005 pour les faits survenus quand il était majeur), je ne résiste pas à mon souhait de vous en dire plus sur un pan entier ignoré du public.Il s’agit du rôle d’une secte : celle des francs-maçons, dans les procès d’Outreau. Si certains d’entre mes lecteurs en font partie, sachez que j’ai eu le plus grand respect pour les valeurs séculaires de démocratie véhiculées par cet ordre, dont je n’ai jamais voulu faire partie par dédain pour toutes les Eglises.

Mais je ne l’ai plus depuis que j’ai découvert combien cette secte abritait de personnages peu recommandables, qui se recommandent entre eux pour finalement parvenir à commander dans certaines circonstances.

Auteur naguère d’un rapport sur les sectes, le parlement français s’est bien gardé, avec le silence de la presse complice une fois de de plus, d’inclure la franc-maçonnerie dans la liste.

Je n’en dirai pas plus pour l’instant, mais la question qui se pose est la suivante : qui chez les juges du parquet et du siège, et chez les avocats de la défense et des enfants victimes, n’appartenait pas à cette secte ?

Le dénominateur commun entre tous les acteurs qui ont planté l’affaire d’Outreau au profit du dessein de Sarkozy (suppression du juge d’instruction) est leur appartenance à la Franc-maçonnerie.

Libre au lecteur de faire la synthèse des éléments rapportés avec une quelconque machination politico-judiciaire, de laquelle Pierre Joxe, ancien ministre devenu avocat dira à juste titre :

«  Cette affaire a beaucoup intéressée les politiques  ».

Après s’être offusqué contre « le révisionnisme», le plus simple pour mettre à terre cette allégation (de la machination politico-maçonnique),   ce sera de crier «au complotisme» ce que n’hésitera pas à faire la clique des mafieux en robes noires et leurs sbires, avec Dupond-Moretti en tête et son roquet Durand-Soufflant. Pseudo chroniqueur judiciaire qui préfère alimenter la toile de ses inepties plutôt que gratter le papier en prenant des notes des procès auxquels il assiste. Il est vrai que Dupond-Moretti lui a donné la sale manie de lui refiler des résumés d’audience lors de bons gueuletons bien arrosés.

Je ne vais pas donner un cours magistral concernant cette secte d’êtres imbus de leurs petites personnes*, il suffit de chercher sur le net quelques vidéos sur le sujet pour toucher du doigt leur façon d’agir et de penser. Ils sont tous persuadés être au-dessus du genre commun, les maîtres à penser de l’univers.

 Le drame est que bien souvent ils arrivent à inhiber leurs consciences, leurs sentiments ou leurs émotions afin d’entreprendre le pire, visant le pouvoir socio-financier, la domination de l’humanité, et les plaisirs charnels dont ils sont esclaves.

Dans l’affaire d’Outreau, il y a des francs-maçons acteurs, violeurs d’enfants tels Alain Marécaux l’huissier coupable acquitté clairement identifié par plusieurs enfants: voir l’article par Caprouille « Pitié, Alain Marécaux, acquitté d’Outreau, arrêtez votre cinoche! »

Puis il y a une foule de francs-maçons clients, violeurs d’enfants ou acheteurs des films pédopornographiques que les enfants n’ont pas pu identifier (car ils n’étaient ni de la famille, ni du voisinage, ni de leur cercle de connaissance).

On trouve aussi des francs-maçons revendeurs de snuffs movies et de casssettes pédopornographiques tels Alain Lagaise le promoteur immobilier de Capelle Les Boulogne.

Si on peut s’étonner qu’ Alain Laglaise n’ait jamais été inquiété alors que son imbrication était incontestable dans l’affaire d’Outreau, on ne peut que pousser un cri de effarement en réalisant qu’il est parent de Christian Laglaise impliqué dans l’affaire des disparues de L’Yonne.

Celui-ci, proche de Jean-Pierre Soisson, démissionnera en 2001 de son poste politique, quelques mois après l’incarcération d’Emile Louis.

La présence de ces francs-maçons dans le dossier explique pourquoi les policiers avaient pour ordre de ne rien faire quand les premiers enfants victimes ont commencé à parler.

Puis, pour faire « une pierre – deux coups », quand il était difficile d’étouffer l’affaire, il a été décidé d’utiliser cette affaire pour illustrer la nécessité de la suppression du juge d’instruction.

Les autres francs-maçons avocats, journalistes, experts (Paul Bensussan pour ne nommer que lui), procureurs, politiciens, ministres se sont ensuite laissés orchestrer par Sarkozy pour faire sauter le juge d’instruction.

Quelques preuves de l’implication de la franc-maçonnerie dans cette affaire (outre l’appartenance des prénommés) ?

Un petit déroulé des petites étoiles placées ci et là dans le rapport de la commission d’enquête de la commission d’Outreau permet non seulement d’attester que la franc-maçonnerie est bien derrière tout ce gros bazar, mais en plus de capter le message qu’elle transmet à tous les frères «trois * » qui un jour liront ce rapport.

Que les francs-maçons, d’Hiram Habif ou d’ailleurs n’usent de leur mauvaise foi habituelle. Il est évident à la lecture du rapport, que ces étoiles ne sont ni pour la mise en forme ni pour la déco du document. Bien que nous soyons le peuple profane, les inférieurs, nous ne sommes pas aussi ahuris qu’ils le croient.

Exemple de pages sur lesquelles on trouve les petites étoiles :

image014_0033

Page 29

Source:

Accueil