18
JUIN
2019

Les réseaux pédocriminels n’existent pas | Round 45 | Réseau Angers

Comme les bonnes gens le savent bien depuis les procès Outreau, Dutroux ou encore Émile Louis… les réseaux pédocriminels N’EXISTENT PAS, ce ne sont que des prédateurs isolés ou des enfants qui mentent…

Des gens qui payent pour violer, torturer et tuer des enfants ?

Vous n’y pensez pas ! Au pays des droits de l’homme, entre gens civilisés…

Voyons, vous avez l’esprit malade typique des conspirationnistes des réseaux pédophiles…

Oui, bon, il y a quand même le réseau d’Angers qui a impliqué des dizaines d’adultes et d’enfants…

Ah bon, vous ne connaissez pas ? Étonnant !

C’est vrai que les médias n’en ont pas beaucoup parlé, en tous cas beaucoup moins que de l’affaire Outreau.

 

Trêve d’humour noir.

Afin de creuser un peu le vaste sujet des réseaux de trafic, de prostitution et de mise à mort d’enfants,

Wanted Pedo a décidé de remettre en avant un certain nombre de réseaux qui ont été mis au jour par les justices de pays étrangers :

USA, Pays-Bas, Royaume-Uni, Espagne, Italie, Belgique, Allemagne, Europe centrale, Australie, etc.

Pour ne pas dire que nous aborderons plutôt LE réseau pédophile occidental interconnecté, vous vous en rendrez compte par vous-même au fil de ces articles.

Ces articles sont le fruit d’enquêtes longues et sourcées de la part de dondevamos et méritent d’être lus et partagés.

En effet, la France semble être le seul pays occidental à être quasiment épargné par les réseaux pédocriminels.

Nous laissons le lecteur en tirer les conclusions logiques.

Angers, ville de douceur et de terroir

Angers, ville de douceur et de terroir

Un procès décrit comme étant le plus grand procès organisé en France.

Des chiffres à glacer le sang :

  • 66 adultes (hommes et femmes)
  • 45 enfants victimes (de 6 mois à 12 ans violés de 1999 à 2001)
  • 517 années de prisons prononcées
  • 3 acquittés
  • 2 ans et demi d’enquêtes
  • … Et combien de questions restées en suspend ?…

En février 2002, une mère célibataire, Margot, dénonce son ex compagnon à la brigade des mineurs d’Angers : il aurait abusé sexuellement d’une petite fille de 5 ans.

Margot ex-compagne d'Eric

Margot ex-compagne d’Eric

Peu à peu, l’enquête qui va durer 2 ans et demi mettra à jour un incroyable réseau pédophile et l’existence de soirées organisées chez les propres parents de la petite fille ou dans des jardins de la banlieue d’Angers…

Les enfants ont même parlé de personnes cagoulées…

Cela vous rappelle quelque chose ?

Des personnes cagoulées venues violer les enfants, comme à Outreau !

Bah ça alors, quelle coïncidence tout de même…

Que sait-on réellement sur cette affaire décrite comme étant « l’anti-Outreau » puisque à Angers

«  les enfants ne mentaient pas et les adultes étaient pour la plupart coupable » (Source : faites entrer l’accusé »)

Justement, des liens sont-ils à faire avec le réseau d’Outreau ?

Avec d’autres victimes à Angers ?

Avec Véronique Liaigre ?

Avec la disparition de Marion Wagon ?

Avec Zandvoort ?

Avec le réseau de « Château-Gontier » dans le département voisin ? …

Oui, il reste beaucoup de questions autour de ce réseau…

Et pas beaucoup de réponses…

Comme pour tous les réseaux d’ailleurs, les recherches sont fastidieuses car les informations données ne sont que partielles, éparpillées et mensongères.

Commençons par retracer les faits, des premières accusations à la fin du procès avant de tenter d’y voir plus clair sur les éventuelles ramifications et réseaux satellites.

 

L’affaire :

En Février 2002, une jeune femme de 32 ans, Margot, vivant dans un foyer avec ses 2 enfants appelle son avocate, Me Monika Pasquini.

Elle lui confie que son ex-compagnon, Eric, lui racontait des choses quand ils faisaient l’amour concernant des enfants et qu’elle avait envie d’en parler à la police.

Ce que lui conseille son avocate.

Margot pousse donc la porte de la brigade des mineurs d’Angers ou le Brigadier Catherine Mercier recueille son témoignage.

Margot lui explique que pour jouir, Eric lui indiquait ce qu’il faisait à des enfants.

Elle a longtemps cru qu’il ne s’agissait « que » de fantasmes…

Jusqu’à ce qu’il évoque le nom d’une petite fille : MARINE qui se trouve être la fille d’un couple d’amis.

Elle a 5 ans.

 

Eric – 5 ans plus tôt

Le 30 janvier 1997, le tribunal correctionnel d’Angers le condamne à 4 ans de prison ferme avec 1 an de mise à l’épreuve pour attouchement sur mineurs.

Eric

Eric

En effet, il a avoué avoir violé une dizaine d’enfants (de 1 à 10 ans) dont ses propres enfants et ses nièces.

10 enfants de 1 à 10 ans….

4 ans de prison….

Encore des chiffres qui font froid dans le dos.

Nous sommes en 1997, Eric devrait donc sortir en 2001 mais il se retrouve dehors en 1999 sous libération conditionnelle.

Il n’a donc fait que 2 ans de prison pour avoir abusé d’une dizaine de bambins…

Soit moins de 2 mois et demi par enfant…

La France, un pays qui protège ses enfants ???

Marine – 4 ans en 1999

Marine est en maternelle, petite fille chétive aux grands yeux bleus, joyeuse, mais qui par moments « n’est plus là » dixit sa maîtresse de l’époque.

Marine

Marine

Le caractère de la petite intrigue la maîtresse ainsi que l’aide maternelle de la classe.

Cette dernière constate une activité masturbatoire intense au moment de la sieste, moment de grande nervosité pour Marine.

Après l’avoir questionné à ce sujet, Marine dira

« c’est mon papa qui me fait ça pour m’endormir le soir quand il vient dans ma chambre…

Et parfois il met un masque pour rigoler. »

…. Très drôle….

Les révélations de Marine vont amener la maîtresse à faire un premier signalement.

Sarah Venuat Institutrice de Marine en 1999

Sarah Venuat
Institutrice de Marine en 1999

Les parents sont convoqués et Marine interrogée.

À la psychologue, elle confirmera avoir été abusée mais pas par son père…

C’est son grand-père paternel qu’elle accuse ce jour-là.

Elle ajoutera avant de partir, en chuchotant « ma sœur aussi ».

Les parents, Franck et Patricia sont convoqués par les services sociaux, très vite, la maman Patricia s’effondre et raconte que, elle aussi petite a été victime.

Finalement, le grand-père paternel est condamné à 6 mois de prison avec sursis pour abus sexuels.

Quelle peine exemplaire !!

Les services sociaux mettent la famille sous tutelle ou tout semble «  rentrer dans l’ordre ».

Six mois plus tard, l’institutrice de Marine sonne de nouveau la sonnette d’alarme.

À juste titre, elle raconte que Marine cherchait souvent à retrouver un camarade de la classe (qui se trouvait être un petit voisin) et ils simulaient, avec des gestes très évocateurs, des scènes de relations sexuelles.

Lorsque l’institutrice lui demande pourquoi ils font ça et où elle a vu ce genre de choses, Marine, comme si cela était d’une banalité affligeante raconte :

« on fait ça à la maison, dans le salon, maman est là, elle rit et prend des photos.

On est tous nus. »

L’enseignante prévient cette fois-ci la police mais en septembre 2000, Marine change d’école et elle n’entendra plus parler de rien.

Les services  sociaux enquêtent et insistent sur le caractère incestueux de cette famille auprès du juge des enfants et préconisent dès octobre 2000 le placement des enfants.

La juge demande alors aux policiers de la Brigade des mineurs d’Angers de perquisitionner l’appartement familial.

Le brigadier Mercier décrira un appartement très sale où Patricia lui montrera les albums photos pour lui prouver qu’il n’y a pas la moindre photo de ses filles nues et encore moins avec les adultes que Marine avait décrit.

Ils concluront seulement que c’était des suites des abus perpétrés par le grand-père paternel.

Marine ne parle plus.

Il ne se passe plus rien (de visible à l’extérieur de leur huis-clos) jusqu’en 2001 ou la tante de Marine prévient la police et accuse Franck et Patricia de maltraiter leurs enfants.

Les  parents vont alors tous les deux, lors de leur garde-à-vue accuser Eric d’avoir abusé de Marine.

Marine est entendue par le commandant Lopéo.

Prostrée, au bord du rachitisme, elle finira par livrer que oui, elle connaît Eric mais qu’il ne lui a rien fait,

« il m’a juste mis un crayon dans la bouche ».

Une expertise psychologique aurait pu démontrer qu’il s’agissait de tout autre chose qu’Eric aurait mis dans sa bouche…

Les parents sont mis sous contrôle judiciaire, libres donc et leurs enfants leur sont retirés.

Voilà où nous en sommes, lorsqu’en 2002, Margot, l’ex-femme d’Eric arrive à la brigade des mineurs d’Angers avec ses révélations.

Les policiers attendront 3 semaines avant d’interpeller Eric et les parents de Marine.

Fabienne Lopéo n’est pas étonnée de retrouver Eric cité dans une affaire, mais pour l’instant, on ne parle que de fantasme or, un fantasme n’est pas pénal.

L’enquête commence donc autour de cette famille et d’Eric.

Patricia raconte que si elle refusait de livrer sa fille elle était battue…

Vous l’aurez compris elle se présente comme étant une victime.

Elle confirme ce que dit Margot à propos de Marine, mais raconte que ses autres enfants et ceux qu’elle ramène de l’école (!!!) se font abuser également.

L’avocate de Patricia, Me Vimont l’encourage à lister les noms de tous ces enfants.

13 prénoms d’enfants sortiront.

Lorsque les 2 époux sont mis face à face, Patricia se contentera de réaffirmer ses aveux, mais Franck voudrait en dire plus… ce qui va ébranler Patricia et la faire changer d’attitude.

Elle souhaite faire d’autres révélations, mais veut que son mari sorte.

Elle se livrera par écrit, précisant que Franck et Eric l’ont menacé de mort.

Elle se déballonne et à la fin de l’enquête préliminaire, 18 noms d’enfants auront été cités.

Elle finira par ajouter, « demandez à Margot, elle sait tout »,  « Elle a fait aussi ».

Lydia maitresse d'Eric

Lydia maitresse d’Eric

Eric lui, ne reconnaît rien et dit aux enquêteurs qu’il ne signera jamais le procès verbal.

Les parents sont écroués et la juge d’instruction demande à la brigade des mineurs d’identifier les enfants cités et d’interpeller les adultes.

Margot est interpellée, une maîtresse d’Eric, « Lydia » et deux frères pédophiles déjà condamnés, Philippe et Didier.

Au total, 7 adultes sont arrêtés en 1 semaine (4 hommes et 3 femmes).

Philippe avoue facilement  mais son « alter pedo » lui, est beaucoup plus retors.

Ce Didier va intriguer les enquêteurs, en effet, ce Rmiste à un train de vie bien élevé : bar à hôtesse qu’il fréquente assidûment, champagne…

On parle de dépense allant de 6.000 à 12.000 francs par mois (900 à 1.800 euros par mois) rien que pour les bars à hôtesse.

Phillipe

Phillipe

Didier

Didier

 

Les enquêteurs préparent une nouvelle vague d’arrestation quand la presse s’en mêle.

Le Procureur de la république d’Angers, Marc Desert organise une conférence de presse et accepte le duplex en direct du soir même…

Alors que nous sommes juste aux balbutiements de l’enquête !

Il se prête de bonne grâce à la médiatisation et s’offusque du comportement des mères dans cette affaire.

Le commandant Lopéo rendra un rapport signalant que la médiatisation de cette affaire leur cause beaucoup de tort…

Car des personnes, pas encore inculpées pourraient détruire des preuves…

Nous y reviendrons.

Les policiers découvrent que tous les adultes inculpés se connaissent et habitent le même quartier.

Les langues se délient, une certaine « Nathalie » raconte qu’elle devait amener ses nièces, qu’elle n’avait pas le choix car Franck ainsi que son ex-compagnon la menaçait.

Elle confie que ses nièces allaient jouer dans la chambre des filles de Franck et Patricia et que les femmes buvaient le café ou

« l’alcool, ce qu’ils nous proposaient quoi. »,

« j’entendais des cris : arrête, tu me fais mal.

Tous les enfants pleuraient et les parents restaient dans le salon à les regarder. »

Elle finira par ajouter que les mères ne faisaient pas que boire le café, « même entre eux ils faisaient ça, devant les enfants ».

Une autre accusée, « Martine » dira également que les femmes participaient et abusaient également de leurs propres enfants.

La question de l’argent se pose inévitablement.

Patricia est décrite comme étant la trésorière, on parle d’une grosse boîte en fer, d’échanges d‘argent mais également de denrées alimentaires.

 

Les notables

La plupart des parents fournisseurs ne s’enrichissaient que peu à travers la prostitution de leurs enfants.

Des enfants ont ainsi été fournis en échange de denrées alimentaires ou de paquets de cigarettes.

Cependant, les criminels centraux du réseau en tiraient des revenus plus importants.

Franck, principal organisateur du réseau, et sa femme ont admis gagner entre 150 et 300 euros par semaine au travers de leurs activités criminelles ce qui supposaient que des personnes avec des revenus plus confortables venaient abuser des enfants.

Il a aussi été établi que Didier dépensait entre 6.000 et 12.000 francs par mois rien que dans les bars à hôtesses comme nous l’avons vu plus haut.

Des victimes ont décrit des clients costumés et cagoulés par sécurité.

Certains cagoulés étaient des parents qui ne voulaient pas être reconnus par les enfants, mais d’autres n’ont pas été identifiés.

Les enquêteurs ont pensé qu’ils pouvaient s’agir des clients plus fortunés.

Parmi eux, un soixantenaire et plusieurs femmes tatouées dont une vingtenaire.

Un des cagoulés venait abuser des enfants dans une grosse cylindrée d’une marque prestigieuse.

Les inculpés ont aussi décrit un homme d’origine magrébine qui récoltait l’argent.

Les enquêteurs ont parfois pensé avoir trouver ces membres plus aisés du réseau.

Un journaliste d’un quotidien régional d’Angers avait ainsi été incarcéré.

Il a d’ailleurs été condamné lors du procès sur l’affaire.

Une assistante sociale dont les deux filles avaient été prostituées par leur père dans le cadre de ce réseau a aussi compté parmi les personnes suspectées par les enquêteurs.

Son ex-mari avait été le premier à parler des cagoulés tout en l’accusant.

Un couple mis en cause dans le réseau et les propres enfants de l’assistante sociale avaient dit qu’elle leur avait ordonné de ne rien dire.

Les enquêteurs ont pensé qu’elle pouvait avoir été le connecteur entre les criminels.

Elle n’a cependant été mise en examen que pour non-dénonciation  après que les adultes l’ayant accusé se soit rétractés.

Elle a également été condamnée.

Quand le procès a débuté, une instruction est restée ouverte en parallèle pour identifier ces personnes cagoulées.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Mystère et boule de gomme….

En attendant le procès, les enfants sont placés avec en guise de balluchon, des séquelles psychologiques indéniables.

La première fois que Marie, 4 ans, est venue voir Me Jacques Monier, elle l’a fixée, une demi-heure, sans lâcher un mot avant de s’affaler sur la chaise, brusquement, bras en croix, jambes écartées.

Ce que la nourrice a traduit en ces termes «Elle s’offre à l’homme…»

Paula, 4 ans, elle ne parle pas, mais vomit tous ses repas:

« Elle a été contrainte à tellement de fellations que tout ce qui lui passe par la bouche est insupportable», dit Me Meriem Baba-Roncière.

Les Procès

Premier procès

Au bout de deux ans et demi d’enquête et de procédure judiciaire, le procès de 66 personnes de France, accusées de pédophilie s’ouvre le 3 mars 2005.

Il durera cinq mois.

Tous les accusés sont présents. Il se tient dans un huis clos partiel en présence de la presse mais pas du public.

Une salle a été spécialement prévue pour accueillir ce procès hors norme.

À la mi-avril 2005, la cour diffuse les auditions des enfants qui ont été filmés.

Marine, qui est au centre de toute cette affaire donne, à l’un des policiers chargés de l’enquête, un dessin qui montre son envie de revoir ses parents malgré la situation.

Les mères des enfants (dont certaines se retrouvent sur le banc des accusés comme la sœur de Franck) pleurent, en voyant les auditions, mais la plupart des hommes ne semblent pas éprouver le moindre sentiment.

Éric et Franck, pendant ces cinq mois de procès, nient les accusations.

Les policiers n’ont pas pu apporter de preuves matérielles concernant la culpabilité des accusés : en effet les seules preuves éventuelles auraient été des photos et des enregistrements pris lors de certains viols mais ces preuves ont été brûlées aux dires de Patricia.

Aucune trace de coup ou de violence n’était visible sur le corps des enfants.

Fin juillet 2005, à la fin du procès, les jurés condamnent Franck (le père de Marine) à 18 ans de prison ; le père de Franck est condamné à une peine de 15 ans (il violait son fils Franck quand il était enfant) tandis que sa femme Patricia écope de 16 ans.

Eric est condamné à 28 ans de prison et échappe de peu à la peine maximale.

Trois des 66 accusés sont acquittés et 12 d’entre eux feront appel de la décision.

Ce procès suivait de quelques mois celui d’Outreau qui se termina par la Berezina judiciaire que l’on sait.

Au contraire, l’instruction de l’affaire angevine et le procès d’il y a dix ans sont aujourd’hui salués comme des réussites judiciaires…

En d’autres termes, les méchants violeurs, incultes et analphabètes ont bien été puni, il n’y a que cette catégorie de la population qui peut commettre ces atrocités !

Et les cagoulés avec leurs grosses voitures cylindrées ??

Silence radio.

Tout comme à Outreau, les preuves matérielles manquent. Enfants et accusés évoquent des photos dont on ne retrouvera aucune trace.

« Des prévenus ont dit les avoirs détruits après la lecture d’un article dans Détective», poursuit le vice-procureur.

Comme à Outreau, les experts ont jugé les enfants crédibles.

Et très perturbés.

Les expertises médico-légales n’ont pas décelé de rupture de l’hymen, pour les filles, mais elles attestent de lésions anales dans au moins trois cas, compatibles avec des pénétrations.

Comme à Outreau, la plupart des enfants étaient suivis par le biais d’une assistance éducative.

Certains, placés, auraient même été prostitués par leurs parents quand ces derniers exerçaient leur droit de visite et d’hébergement…

« Avant d’êtres placés, en juillet 2001, les enfants du couple Patricia et Franck. ont fait l’objet d’une mesure de protection dès mars 2000, relève Me Monique Vimont, l’avocate de Patricia .

Donc, ils étaient censés voir des psychologues, des assistantes sociales.

Des éducateurs devaient se rendre à leur domicile. Sont-ils venus assez souvent? Y a-t-il eu une bonne communication entre les services?

Les époux V. étaient-ils assez malins pour tout dissimuler?

Ce procès sera aussi celui des services sociaux.»

Un autre point noir est à souligner dans ce dossier: dans le nombre ahurissant de coupables surnagent des pédophiles déjà condamnés et « sous la main » de la justice.

Eric était alors en sursis avec mise à l’épreuve (SME).

« Comme Philippe R., Bernard L. et quelques autres accusés », observe Me Rouiller, dont le client, Franck , était sous contrôle judiciaire de juillet 2001 à février 2002.

« Ces gens avaient donc des comptes à rendre à des juges d’application des peines [JAP], à des éducateurs, à des psychiatres.

Alors, soit ils ne respectaient pas leurs obligations et on aurait dû les envoyer en prison, soit le SME, c’est du flan, sans aucun contrôle inopiné, avec uniquement des vérifications formelles sur convocation…»

En effet, faute de moyens, en 1999, le JAP d’Angers  (il n’y en avait qu’un) et les services d’insertion et de probation suivaient 2.087 personnes.

« Compte tenu du passé pénal d’Eric, qui a eu deux enfants avec ma cliente en 2000 et 2001, on aurait dû le surveiller plus qu’un individu lambda, non ?» s’interroge Me Monika Pasquini.

Le 24 janvier 2001, Eric est jugé en correctionnelle pour des vols.

Or dans un avis daté du 19 janvier 2001, le JAP constate qu’Eric  ne respecte qu’épisodiquement l’obligation de soins et qu’un encadrement judiciaire s’impose,

« afin de veiller aux agissements de Monsieur J. vis-à-vis des enfants qu’il est amené à côtoyer ».

« Plus largement, ce procès pose le problème du suivi des délinquants sexuels », observe Me Meriem Baba-Roncière, autre défenseur des enfants.

À cette période, le conseil général a créé un comité vigilance pédophilie, qui devait permettre d’échanger, entre justice et aide sociale à l’enfance, des données confidentielles sur des personnes déjà condamnées…

Le Procès en appel

En mars 2007 s’ouvre le « second » procès d’Angers qui se déroule à Nantes.

Il durera 1 mois.

Franck n’a pas fait appel de la décision et ne participe donc pas à ce procès.

Parmi les 12 accusés, tous des hommes, il y a Éric, Moïse, Jean-Marc (le frère d’Éric).

Durant ce procès, Sabine, une des victimes désormais majeures, témoigne de ce qu’elle a subi.

Elle raconte comment Éric (qui n’a rien raconté lors du premier procès) la violait dans sa voiture et lui interdisait de parler du viol, en la menaçant de mort.

Puis un autre témoignage dénonce Jean-Marc (lui aussi niait tout) qui admet au cours du procès avoir participé aux viols.

Par ailleurs Franck, qui a admis également les viols qu’il a commis, adresse une lettre à ses victimes.

Il exprime ses regrets et demande à être pardonné des enfants.

L’une des avocates des enfants estime que cette lettre est un stratagème, lui permettant d’obtenir une peine moindre.

Le 17 avril 2007, les jurés condamnent Éric à 28 ans de prison (peine inchangée) tandis que Moïse et le frère d’Éric, parmi d’autres, voient leur peine réduite d’un an ou légèrement allongée.

 

Un Réseau totalement démantelé ?

Le procès terminé, les individus condamnés, on pourrait penser que oui, justice a été rendue !

Cela dit, dans l’affaire du réseau d’Angers comme à Outreau, ceux qui tiraient les ficelles du réseau n’ont même pas été inquiétés :

« une instruction est toujours en cours à Angers afin de reconnaître les individus non identifiés, cachés sous des cagoules pour violer des enfants » lisait-on dans le Parisien ( 2005).

Cas classique de « saucissonnage » d’une enquête, tout comme à Outreau : on sépare les dossiers afin d’obtenir un maximum de non-lieux, d’acquittements, voir même d’enterrer les affaires gênantes sans même faire mine d’organiser un procès.

Des similitudes avec Outreau ?

Des chômeurs qui ne vivent que d’allocations louent leurs enfants à des personnes plus ou moins identifiées mais qui parviennent à se tirer des griffes de la justice, et pour les plus élevés d’entre elles, à ne même pas êtres inquiétées.

Des liens avec d’autres événements ?

Une autre affaire de pédocriminalité dans la région d’Angers a fait parler au début des années 2000.

 

Véronique Liaigre dénonça en 1996/1997 ses parents pour viol à l’âge de 17 ans, faits qui se seraient déroulés depuis 1984 dans leur maison de Jallais près d’Angers.

Véronique était alors âgée de 5 ans.

Les dénonciations ne se sont pas limitées à ses parents puisqu’elle affirma avoir été abusée par des amis de ses parents et prostituée auprès de gens fortunés et de notables (environ une cinquantaine de clients).

Elle affirmera que le réseau qui l’exploitait sexuellement était couvert par des magistrats.

Les viols auraient été filmés et photographiés.

Elle affirma également qu’une vingtaine d’enfants de la région d’Angers auraient subi le même traitement.

Il est à noter que plusieurs intervenants sociaux avaient signalé à la justice le cas de la famille Liaigre… Aucune suite n’a été donnée.

Évidemment, seuls les parents Liaigre se sont retrouvés au tribunal.

À cette époque, on ne parlait pas encore du réseau pédophile d’Angers…Alors qu’il pourrait s’agir de la même nébuleuse.

Tout comme à Outreau, les trop rares coupables ont été fortement soupçonnés de proxénétisme…

Mais alors, qui a payé ?

D’où venait l’argent ?

Et pourquoi tout le monde garde le silence à Jallais ?

L’histoire ne s’arrête pas là, Véronique Liaigre a également parlé de cérémonies ou participaient des gens se revendiquant du martinisme, un courant sataniste crée par le grand maître franc-maçon Papus.

Obscur courant qui se réclame du catholicisme…

Elle a dit avoir participé à des messes noires  pendant lesquelles des enfants étaient violés et des sacrifices d’enfants avaient lieu.

Elle aurait participé à certains de ces rituels dans des villes telles qu’Agen, Jallais, Nanterre, Londres ou Bruxelles.

Elle a dit avoir été forcée sous la menace d’une arme de sacrifier un enfant en 1994.

L’homme qui menaçait Véronique Liaigre d’une arme aurait été chef de gendarmerie.

Les enfants abusés par la secte auraient été fournis par leurs parents contre de l’argent.

Ceux sacrifiés étaient des enfants sans existence légale : des immigrés africains ou des enfants nés de viols et non déclarés (11).

Les corps étaient ensuite éliminés au moyen d’acide ou brûlés avec de l’essence.

Une des personnes qu’elle accusait de participer à ces cérémonies occultes avait été mis en examen pour le viol de ses propres enfants, mais avait obtenu un non-lieu .

La mère et le père de Véronique Liaigre ont finalement été condamnés en novembre 2001.

Ils ont respectivement été condamnés à seize et douze ans de prison pour le viol de Véronique Liaigre et de leurs autres filles.

Ils ont évité d’être condamné pour proxénétisme, bien évidement.

Seule une des personnes accusées a été amenée devant un tribunal en dehors des parents de Véronique Liaigre, mais seulement pour attouchement sexuel.

Dans son témoignage, elle évoque Marion Wagon, disparue en 1996 et qui, selon elle, aurait été retenue pendant un temps dans la région d’Agen, là ou elle à été enlevée.

Nous n’en apprendrons pas plus.

Soulignons enfin que ce réseau de notables pédophiles se rapprochait d’Alister Crowley par la magie sexuelle.

Pour résumer, oui nous sommes bien en France et ne croyez pas que la région d’Angers ait été nettoyée de tout ces vicieux et pervers personnages, aucuns des meurtres n’a été élucidé ni recensé.

D’autres liens peuvent être fait puisque Véronique Liaigre s’est reconnue sur des photos pédocriminelles d’un CD-ROM .

Ce dernier en provenance de Zandvoort au Pays-Bas contenait des milliers d’images pédocriminelles mettant en scène des viols et des tortures d’enfants.

Elle a également reconnu cinq autres enfants de sa connaissance sur les photos.

Seule la galerie de portraits établit par la police hollandaise lui a été montrée.

Hors elle a su décrire de manière exacte le reste de la photo d’une de ses connaissances reconnues alors qu’elle n’avait devant elle qu’un gros plan resserré de la tête de la victime.

Selon les investigations du CIDE, l’association suisse ayant reçu le témoignage de Véronique Liaigre, le réseau ayant abusé Véronique Liaigre aurait été en lien avec un autre réseau en Ardèche.

Un réseau où, encore une fois, selon d’anciennes victimes, exploitation commerciale de la pédocriminalité et cérémonies satanistes avec des enfants sacrifiés semblent intimement liés.

En marge du procès du procès de pédophilie d’Angers, huit personnes ont été mises en examen, dont six placées en détention provisoire, dans le cadre de l’affaire du réseau de pédophilie découvert en Mayenne ( département limitrophe).

Près de dix victimes ont été dénombrées, âgées entre 1 an et 16 ans.

Certains ont été mis en examen pour “corruption” ou “non-assistance à personne en danger”, d’autres pour “viols” et “agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans”, parfois des membres de leur famille.

“Les noms d’un certain nombre d’accusés du procès d’Angers ont été cités” dans le cadre de cette enquête, a précisé le procureur Varin.

Cette seconde enquête a débuté sur la base d’une dénonciation adressée à la PJ d’Angers pendant que tous les médias couvraient l’audience en cours dans la ville.

L’interlocuteur de la police judiciaire a expliqué en substance qu’il manquait des accusés dans la salle d’assises et a livré les noms des « absents », les nouveaux suspects.

Les faits dénoncés se déroulant dans le secteur de Château-Gontier, en Mayenne,

Il est très difficile de conclure sur cette affaire, en effet, de nombreux hommes et femmes ont été condamnés mais tellement d’autres ne l’ont pas été !

L’histoire semble se répéter inlassablement sans que la lumière soit faite en totalité et toujours tant de questions sans réponses :

Pourquoi un tel silence autour de ces crimes atroces ?

Pourquoi aucune étude n’est menée sur ce qu’on appelle « abus sexuels rituels » ?

Parce que les médias nous font croire que cela n’existe pas chez nous !

Pourtant, des histoires pareilles, ce n’est pas ce qui manque ici et ailleurs…

Ça fait quand même beaucoup de menteurs…

Notre ignorance est leur pouvoir.

Wanted Pedo

 

Actualisation :

Pédophilie : deux frères, condamnés au procès d’Angers de 2005, à nouveau jugés à Nantes

Cette affaire pose la question de la récidive et de l’après-prison en matière de pédophilie.

Deux frères condamnés en 2005 lors du retentissant procès d’Angers ont été jugés ce mercredi à Nantes.

L’un pour atteintes sexuelles sur un enfant de quatre ans, l’autre pour n’avoir rien dénoncé.

Deux frères, condamnés lors du très médiatique procès d’Angers en 2005, étaient à nouveau jugés ce mercredi à Nantes.

En 2018  ils sont entrés en contact avec un enfant de quatre ans alors que leur suivi socio-judiciaire l’interdisait.

L’aîné âgé de 52 ans est soupçonné d’atteintes sexuelles sur le petit garçon.

L’autre, âgé de 47 ans, condamné à Angers pour proxénétisme, est poursuivi pour ne pas avoir dénoncé les faits.

Il est aussi reproché à la mère de l’enfant de ne pas avoir assuré ses obligations parentales.

 

Le procès d’Angers

65 accusés, 45 mineurs victimes et 62 condamnés.

En 2005 le procès pour pédophile d’Angers est d’une ampleur sans précédent dans l’histoire des assises en France.

A l’issue des débats qui durent cinq mois, la cour d’assises du Maine-et-Loire condamne les deux frères à 17 et 19 années de réclusion criminelle.

 

Soirée d’anniversaire

Fin janvier 2018, cela fait plusieurs mois que les deux frères sont sortis de prison.

L’aîné reçoit à son domicile, à Nantes, pour une soirée d’anniversaire.

Il invite une amie qui vient avec son fils de quatre ans, l’enfant s’endort sur place et c’est là que les atteintes sexuelles se produisent assure le frère en pleurs à l’audience.

Parlant de son aîné il affirme :

“Il n’a jamais voulu reconnaître le mal qu’il fait aux enfants” – le frère cadet

Le petit a aujourd’hui cinq ans.

“Aujourd’hui l’enfant ne grandit pas bien, il est prostré, avant il bougeait il criait ” explique l’avocate qui représente le petit garçon

Le plus âgé des deux frères nie les faits reprochés, le ministère public hausse la voix :

“Combien d’enfants avez-vous agressé ?” – la procureure

La réponse est déconcertante :

“Je ne les compte plus. Il y a eu ma fille, mon frère ça se pourrait. Et moi alors j’ai bien été violé par un prêtre !” – l’aîné des deux frères

La mère à qui il est reproché de ne pas avoir rempli ses “obligations légales de parent” et d’avoir “compromis la santé, la sécurité, la moralité ou l’éducation de son enfant” n’est pas présente à l’audience.

Elle est “hospitalisée” dit pudiquement la présidente du tribunal.

 

Plaidoirie de la partie civile

Dans sa plaidoirie, l’avocate qui représente l’enfant a des mots déchirants.

Elle compare le petit garçon à “une poupée de chiffons contre qui on peut dormir, se serrer”.

Agathe Bignan évoque une “nuit d’horreur” et dénonce l’irresponsabilité de la mère de l’enfant :

“C’est sa mère elle doit le protéger.

Elle sait que les deux hommes chez qui elle se trouve sont pédophiles, ils sont alcoolisés et elle décide de laisser son petit garçon auprès de ces deux hommes.” – l’avocate Agathe Bignan

 

Réquisitoire “exceptionnel” du ministère public

Les mots utilisés par la procureure Karine Lebrun dans son réquisitoire sont tout aussi glaçants.

“A voir cet homme arriver dans le box, une image s’imposait à moi, celle d’un enfant qui pèse 15 kilos face à un homme qui en fait 125.”

Et de rappeler que le code pénal, en matière de récidive de pédophilie, prévoit 20 ans de réclusion criminelle.

“Vous jugez un homme à qui l’on reproche plusieurs faits d’agressions sexuelles sur un enfant de quatre ans.

Un homme qui est interdit de contact avec les mineurs.

Et qui est jugé pour l’agression d’un onzième enfant.” – la procureure Karine Lebrun

Les deux frères écoutent sans grande réaction.

L’aîné a l’air songeur.

Le cadet baisse parfois la tête.

Quant au traitement – des hormones régulièrement injectées qui empêchent d’avoir des érections- la magistrate est dubitative :

“Je ne vois pas dans le traitement une solution miracle”

En conséquence ses réquisitions sont, elle le dit elle-même “exceptionnelles” :

“L’enjeu c’est qu’on n’ait pas de treizième ou de quatorzième victime.”

Pour “privilégier l’intérêt de la société et juger de la gravité des actes” la procureure demande neuf mois d’emprisonnement assortis d’une mise à l’épreuve de deux ans pour la mère de la victime, 36 mois d’emprisonnement dont 18 mois de mise à l’épreuve pour le frère cadet qui a fini par dénoncer son aîné, et dix ans d’emprisonnement assorti d’un maintien en détention pour le frère aîné.

 

Plaidoiries de la défense

Marie-Emmanuelle Beloncle qui défend la mère de la victime explique que cette femme de 33 ans reconnait “ne pas avoir su protéger son enfant”.

La robe noire parle de “soirée alcoolisée” et de “maltraitance involontaire”.

Et elle rappelle que sa cliente ne s’est pas opposée au placement de ses trois enfants.

Cette trentenaire a un important problème d’alcool.

Elle est hospitalisée à temps complet depuis le 1er avril dernier.

Sarra Audollent Boughandjioua qui représente les intérêts du frère cadet dit que son client est partagé entre sa “loyauté” à son aîné et “la volonté de s’en détacher”.

Elle insiste en disant que c’est grâce à cet homme que l’instruction a eu lieu, c’est lui qui “révèle l’affaire insiste-t-elle, même si il le fait cinq mois après les faits”.

Après plus de quatre heures d’audience, Olivier Renard termine la boucle des plaidoiries.

Il défend le prévenu principal, celui qui nie, celui qui est soupçonné d’avoir infligé des atteintes sexuelles au petit garçon de quatre ans et qui est montré du doigt par son frère.

“Je n’ai pas tellement la preuve de l’innocence de mon client à vous apporter”, mais :

“Attention à ce qui a pu se passer dans l’histoire de ces deux hommes et attention aux raccourcis qui font que quand on a été condamné cinq fois, la sixième vous êtes forcément l’auteur de ce qu’il vous est reproché” – Olivier Renard

Les derniers mots de son client sont :

“Je n’ai rien à perdre. J’ai peur de ce qui se passera en prison et j’ai peur que mon nom apparaisse dans le journal” – le prévenu principal

 

Jugement rendu au milieu de la nuit

La présidente du tribunal correctionnel Sylvie Rousteau rend son délibéré peu après 23h30.

Les trois prévenus du procès sont reconnus coupables et condamnés.

La mère de l’enfant écope de huit mois de prison avec sursis, le frère cadet de 36 mois de prison, le frère aîné de dix ans d’emprisonnement avec 20 ans de suivi socio-judiciaire, interdiction de contact avec les mineurs et maintien en détention.

Source : Francebleu

 

Le réseau pédocriminel dépasse encore du côté d’Angers

En ce mois de juin, les médias ont évoqué l’affaire d’un couple de pédophiles qui n’hésitaient pas à prêter leurs enfants, dans la région d’Angers.

Au même moment, deux types qui ont été condamnés dans le cadre du réseau pédophile d’Angers se retrouvent à nouveau condamnés pour des faits similaires.

L’occasion de faire un focus sur le réseau local.

L’affaire du couple en question a été présentée de manière banale : quatre enfants de 4 à 16 ans issus d’une même fratrie, placés en famille d’accueil depuis juillet 2018, ont dénoncé des violences sexuelles commises par leurs parents et par des membres de la famille.

 

Une banale histoire de récidive

Les parents ont été placés en garde-à-vue le 7 juin puis la mère, âgée de 45 ans, a été libérée.

La justice ne voulait pas communiquer [1] mais les médias locaux semblaient assez fixés sur cette affaire.

Il est vrai qu’Angers évoque un important procès de réseau pédophile, qui a eu lieu en même temps que l’affaire d’Outreau, avec à la clé une soixantaine d’adultes condamnés, tous issus des classes populaires.

Le couple de pédocriminels présumés a été mis en examen pour des viols et violences sur les quatre enfants.

Ceux-ci ont parlé de “sévices commis aux domiciles d’Angers, mais également de Saint-Barthélemy-d’Anjou, à l’est d’Angers, là où la famille habitait avant de déménage (…)

Les enfants mettent également en cause d’autres membres de la famille pour des faits de même nature qui auraient été commis lors de périodes de vacances.

Au Mans, où réside un frère d’un des parents.

Ou en Vendée”.

La famille était pourtant suivie par les services sociaux depuis 2011 via une AEMO (assistance éducative en milieu ouvert), et était placée sous curatelle renforcée.

Une semaine plus tard, on apprenait que deux frangins étaient condamnés à Nantes pour des atteintes sexuelles sur un enfant de 4 ans et pour non dénonciation.

 

Rien d’exceptionnel, comparé aux crimes qui défilent dans les tribunaux pour des violences sexuelles graves contre des enfants, si ce n’est que ces deux-là, les frères Philippe et Didier R. (je ne mets pas le nom car leurs enfants, victimes, portent le même), ont déjà été condamnés en 2005 lors du procès du réseau pédophile d’Angers.

Et ils ont obtenu un aménagement de peine en 2017.

Ils n’étaient sortis de prison depuis quelques mois seulement quand l’un d’eux a invité une amie, alcoolique sur les bords, avec son fils de 4 ans, alors que le suivi judiciaire leur interdit tout contact avec des enfants.

L’agresseur a pris 10 ans, l’autre 36 mois de prison.

Alors qu’un grand nombre de psys considèrent que les violences sexuelles sont le crime qui entraîne le moins de récidive (car il se base sur les chiffres de la justice qui condamne rarement les pédocriminels), la réalité semble transpirer derrière cette histoire : un pédophile agit dès qu’il en a l’occasion, qu’il soit ou non en état de récidive.

Car les peines sont loin d’être dissuasives (9 ans en moyenne pour viol, sachant qu’ils sont libérables à la moitié de leur ‘peine’).

Un peu plus tôt dans l’année, près de 500 enfants ont été entendus suite à l’arrestation d’un pédo de 25 ans à Angers, pour des viols sur ses neveux et sur “des enfants de la région”.

Le type, doté d’un CAP petite enfance, trainait sur le Dark Net pour rencontrer d’autres pédos et organiser sur ses neveux des actes relevant de la “torture et barbarie”.

 

Le procès d’Angers et les dossiers connexes

Le procès du réseau pédophile d’Angers en 2005, c’étaient 65 accusés et 45 enfants victimes, âgés de 6 mois à 12 ans.

L’enquête avait été ouverte suite à une plainte déposée en novembre 2000 par une adolescente de 16 ans, pour des faits survenus entre 1991 et 1993 visant les frères Joubert.

Les faits incriminés, pour la justice, s’étendaient de janvier 1999 à février 2002.

A l’origine du réseau qui s’est constitué à Angers, il y avait un pédophile déjà condamné, un certain Eric Joubert, qui fréquentait le coupe V. (Franck et Patricia) depuis sa sortie de prison.

Assez vite, les viols des enfants V. puis d’autres enfants de l’entourage deviennent un business, et madame tient la caisse.

A Angers, trois “pôles” de proxénètes d’enfants ont été identifiés : Eric Joubert et son frère, le couple V (Franck et Patricia), et deux autres frères, Didier et Philippe R., qui viennent donc d’être à nouveau condamnés à Nantes.

Il y aussi des auteurs qui n’ont jamais été identifiés, des films qui n’ont jamais été retrouvés, des dossiers qui ont été séparés du dossier principal…

 

Ce sont Eric Joubert, également père de famille, et son frère, que l’adolescente a dénoncés en 2000.

A ce moment, Eric venait de purger 2 ans de prison pour des abus sur mineur et était placé sous curatelle, et son frère faisait de son côté 10 ans de prison.

Plusieurs pédophiles déjà condamnés (une dizaine tout de même) ont été identifiés parmi les abuseurs, ce qui avait à l’époque, vaguement, posé la question du “suivi” des pédocriminels après leur libération.

Autant dire qu’il n’y en avait pas, et cela n’a pas changé.

Une dizaine d’individus parmi les accusés avaient déjà été condamnés pour des faits de pédophilie, comme une certaine Margaret D. amie d’enfance de Franck V., avait été condamnée en 1996 à 2 ans de prison pour des violences sur ses enfants de 4 et 5 ans.

Dans l’affaire d’Angers, elle a avoué avoir touché environ 400 F par semaine pour amener son fils chez les V.

 

Ledit Joubert, en effet, ne perdait pas de temps :

“Dès sa sortie de prison en mars 1999, alors qu’il était encore sous contrôle judiciaire, il aurait multiplié les concubinages avec des femmes fragiles, dont les enfants ont été victimes d’abus sexuels”, précisait un article du Télégramme du 8 mars 2002.

On apprenait aussi lors du procès qu’une bonne partie des adultes accusés avaient eux aussi été victimes de violences sexuelles dans l’enfance, souvent par des gens de leur propre famille.

Par exemple, le père de Franck V, Philippe, condamné à 13 ans de prison en 1991 (libéré en 1998) pour avoir violé son fils Franck lorsqu’il était adolescent, était l’un des accusés du procès d’Angers pour les viols de ses petits enfants [2].

De même que le beau-père de Patricia V, qui l’aurait violée quand elle avait 6 ans, ou encore Jean-Jacques R., le père des frères R., qui ont été nouveau mis en examen récemment.

 

Il y a aussi Moïse C., reconnu travailleur handicapé en 1989 et placé sous curatelle depuis 2001, venait d’être condamné lorsque le procès s’est ouvert.

Il avait pris 12 ans de prison en 2003, pour des viols sur mineurs, et deux ans pour des agressions sexuelles, toujours sur des enfants, l’année suivante.

Sa défense était basique, mais elle s’est avérée efficace ailleurs : il ne connaissait pas le couple V., ni aucun des protagonistes de l’affaire.

Les accusés vivaient tous des minimas sociaux, excepté un journaliste et une assistante sociale.

Et puis, il y avait ces notables :

“Des accusés et des enfants décrivent des scènes avec des inconnus cagoulés, identifiés pour certains.

Mais pas tous: nul ne sait qui sont les «costards-cravate» ni la «femme tatouée» dont parlent des accusés”, précisait L’Express du 28 février 2005.

 

Il y avait aussi le carnet de Franck V, avec des noms dans toute la France, ce qui est assez étonnant pour un type jamais sorti de son bled.

Mais, on n’a jamais entendu parler d’autres procès ailleurs en France, en lien avec l’affaire d’Angers.

Mais, tout ce volet qu’on pourrait appeler le “second cercle”, a été séparé de la procédure qui a été jugée en 2005.

Il n’a rien donné par la suite, ce qui n’est pas sans rappeler le fameux “dossier bis” de l’affaire Dutroux, celui qui portait sur les complicités politiques et policières notamment, et qui n’a bien-sûr jamais été jugé.

En Belgique où il s’agit d’une véritable spécialité, on appelle cela le “saucissonnage” des dossiers.

A l’audience, Franck V. a gardé le silence sur la quasi-totalité des faits, il a refusé de donner les noms des clients, et Patricia s’est en grande partie rétractée, comme l’a fait Badaoui.

Sauf que si on a cru Badoui quand elle a “innocenté” ses co-accusés, ce ne fut pas le cas à Angers.

 

Quand il a été demandé à la “comptable  de la bande, Patricia V. (Franck ne savait pas compter), d’où venait l’argent, elle a cité Eric Joubert mais pour le reste, elle a déclaré ” je ne peux pas parler…” malgré les nombreuses relances des magistrats et avocats.

Car des gens cagoulés ont défilé chez elle pour violer ses enfants, et ceux qui lui étaient amenés.

Si certains étaient des proches connus des enfants, ce n’était pas le cas de tous ces individus masqués, selon la chef de la section de recherches qui a travaillé sur cette affaire.

Plusieurs des accusés ont mentionné les “cagoulés”, par exemple un certain Georges, a évoqué ces cagoulés qui passaient chez les V., dont un type d’une soixantaine d’années avec un caducée au revers de sa veste.

“Véronique R.” a dit qu’elle aussi avait vu passer ces types chez les V.

Il y avait aussi une femme, habillée de cuir, avec une cagoule en cuir et un tatouage.

Aucune preuve n’a été trouvée, mais certains accusés ont expliqué qu’une réunion a été organisée avec plusieurs protagonistes, dans le but de brûler toutes les photos et vidéos qui auraient pu être dérangeantes.

Et quand les policiers ont tenté de perquisitionner un garage appartenant à Philippe V., celui-ci avait été fracturé et vidé.

Une quinzaine de lieux de débauche auraient été identifiés par les enquêteurs, aux domiciles des accusés notamment.

 

Mais, comme dans l’affaire d’Outreau, aucune photo ni aucun film pédoporno n’ont été retrouvés.

Comme à Outreau, aucune rupture d’hymen n’aurait été identifiée chez les filles, ce qui n’est pas surprenant mais révèle juste que déjà à l’époque, les pédos savaient comment s’y prendre pour éviter de laisser des traces trop identifiables.

Comme à Outreau, c’est la femme la plus impliquée, en l’occurrence Patricia V., qui a confirmé les accusations et balancé le réseau, du moins une partie.

Comme à Outreau, les services sociaux suivaient la plupart des familles.

Et selon le Christian Gillet, vice-président du conseil général chargé des affaires sociales

“Dans la majorité des cas, il y a eu des signalements pour carences éducatives.

Et quelques-uns pour suspicion d’abus sexuels”.

Plusieurs signalements ont été faits en 1999 et 2000, par l’école et la mère d’une des victimes, mais aucun n’a abouti bien que plusieurs pédophiles connus et même encore suivis [3] trainaient dans l’entourage des victimes.

Comme à Outreau, les enfants étaient à peine défendus, avec un avocat pour 42 enfants, face à une soixantaine d’avocats pour les accusés.

 

Mais contrairement à Outreau, un tiers des accusés -au moins- ont avoué les faits qui leur étaient reprochés, même s’ils se sont souvent rétractés ensuite.

On constate qu’une première famille qui se met à vendre ses enfants inspire vite ses voisins, qui eux aussi veulent quelques billets.

Patricia V a dit qu’ils récupéraient ainsi 1000 à 2000 F par semaine, pendant plus d’un an. Selon elle, ils n’ont pas tout de suite touché de l’argent, cela a commencé après quelques mois d’abus dans un cercle plus « confidentiel ».

Il s’agit de sommes assez importantes si on considère, comme le fait la justice, que la quasi-totalité des coupables vivaient du RMI et des allocations adulte handicapé.

61 personnes ont été condamnées en première instance, et à l’issue du procès en appel, le journaliste a été acquitté.

45 mineurs ont été reconnus victimes et indemnisés.

Ledit réseau d’Angers, bien qu’impliquant des gens qui n’avaient pas les moyens de se déplacer très loin, dépassait les limites du département.

 

Ainsi en 2005, quatre des condamnés d’Angers –dont Franck V.- ont été mis en examen dans un autre dossier, en Mayenne, qui s’orientait “vers un réseau organisé” et qui a fait un peu de remous.

Si cette affaire avait fait l’objet d’une enquête, c’est à la suite de la dénonciation d’un informateur :

“Cette seconde enquête a débuté sur la base d’une dénonciation adressée à la PJ d’Angers pendant que tous les médias couvraient l’audience en cours dans la ville.

L’interlocuteur de la police judiciaire a expliqué en substance qu’il manquait des accusés dans la salle d’assises et a livré les noms des « absents », les nouveaux suspects.

Les faits dénoncés se déroulant dans le secteur de Château-Gontier, en Mayenne”, rapportait Le Parisien du 23 avril 2005.

Ils ont été jugés en appel à Laval 2010, pour “agressions sexuelles et de viols en réunion sur sept victimes, dont deux fillettes âgées de 1 et 6 ans à l’époque des faits”, en huis clos à la demande de deux des accusés, qui étaient aussi des victimes dans ce même dossier.

 

Les enfants (il avait entre 8 et 10 victimes) avaient entre 5 et 15 ans, et la période des faits était bien plus longue que pour Angers, puisqu’elle commençait en 1995 pour s’achever en 2002.

Par ailleurs, grâce à l’argent des viols, le couple V. s’est payé trois semaines de vacances en Mayenne, ce qui est un choix de villégiature original dans cette région fort riche en termes de sites touristiques.

Le bilan de cette affaire, sur le plan judiciaire, est le suivant, rapporté le 18 mars 2010 par le quotidien 20 Minutes :

“La cour d’assises de la Mayenne a condamné mercredi soir à 7 ans de prison l’un des deux principaux accusés d’agressions sexuelles et de viols en réunion sur sept victimes dont deux fillettes, une peine confondue avec une autre condamnation de 18 ans au procès d’Angers en 2005.

L’autre principal accusé a bénéficié d’une relaxe alors que l’avocat général avait réclamé une peine de 12 ans de prison à son encontre.

Deux autres accusés ont été condamnés à 5 ans de prison dont 3 avec sursis et un autre à 4 ans dont 3 avec sursis”.

 

Angers connection

D’autres affaires qui laissent supposer l’existence de réseaux, ou qui l’ont clairement montré, se sont déroulées dans la région.

A Jallais, à 20 km d’Angers et 10 km de Cholet, au début des années 2000, des parents du même profil défavorisé violaient et vendaient leurs enfants.

En l’occurrence, la mère avait même emmené sa fille, âgée de moins de 15 ans, en Espagne pour la prostituer.

D’autres adultes dont un gendarme avaient été entendus dans cette affaire.

En 2009, il y avait eu l’affaire Dominique Guillouche, qui a été renvoyé au tribunal pour 19 actes de pédocriminalité commis sur 18 enfants, entre 1996 et 2005.

Ce type était tellement tranquille qu’il essayait carrément d’enlever les enfants dans les rues, dans la région de Cholet.

En 2005, il avait suscité la toute première alerte enlèvement pour avoir embarqué une fillette de 6 ans sur le parking de son école à Jallais.

Le lendemain, Guillouche a libéré la petite dans une Cholet et il s’est rendu quelques heures plus tard,

“Il a ensuite avoué spontanément les faits et une série d’autres tentatives d’enlèvements et agressions sexuelles commises sur des mineures depuis plusieurs années”, précisait La Dépêche.

 

Ce type dont le fantasme était “d’avoir une petite fille à la maison qui serait un jouet” afin de “pouvoir la mettre enceinte” a finalement pris 20 ans de prison, sa femme, déficiente intellectuelle, 12 ans.

En fait, le duo était un couple dans le style des Fourniret : entre 1994 et 2005, donc,

“Dix-huit fillettes, âgées de 2 à 14 ans, ont été enlevées et violées par ses soins, plusieurs fois avec la complicité d’Alfréda Deneux, son ex-femme.

Les victimes étaient les enfants d’amis ou de relations du couple, ou des fillettes croisées au hasard des « chasses » en voiture de Dominique Guillouche sur les routes de Nantes ou d’Angers, dans l’ouest du pays”.

 

Bien-sûr, le couple aurait raté tous ses enlèvements, sauf le dernier qui a permis de les arrêter.

Guillouche a pris 20 ans, avec 14 ans à faire de manière certaine, et elle a pris 12 ans dont 8 obligatoires.

Ils se sont tous les deux désistés de leur appel.

Me Jacques Monier, qui a défendu 42 enfants d’un coup dans l’affaire d’Angers (cet avocat doit faire des miracles pour si bien défendre autant d’enfants face à une soixantaine d’accusés et leurs avocats [4]), est aussi intervenu dans des dossiers similaires puisqu’il est nommé par le Conseil général pour s’occuper des mineurs placés à la charge des services sociaux.

Mais il ne voyait dans la multiplication des dossiers sordides dans la région que “malheureuse coïncidence”.

Plusieurs articles de presse ont évoqué une affaire de pédocriminalité à Jallais au début des années 2000 : un couple qui avait violé ses quatre filles, et qui a pris 16 ans (pour elle) et 12 ans (pour lui) de prison.

C’est Me Monier qui défendait les filles.

 

“L’instruction a révélé les viols et agressions sexuelles perpétrés contre les filles de ce couple.

L’aînée et la cadette, âgées de 15 et 13 ans, avaient subi le plus de violences, la mère ayant même emmené l’une d’elles en Espagne où elle a été prostituée.

Lors de l’enquête, deux autres adultes, dont un gendarme, muté par la suite, avaient été inquiétés.

Condamné par la cour d’assises d’Angers, le couple a été rejugé en appel en 2002 dans la Sarthe”, explique l’article du 25 novembre 2005.

L’avocat mentionnait encore une autre affaire à Baupréau, juste à côté de Jallais, “un réseau impliquant une vingtaine de personnes“.

En 1994, en effet, une mère de famille qui avait prostitué ses filles, son fils et une nièce à Baupréau a été condamnée à 13 ans de prison.

Mais revenons sur le couple de Jallais, Georges et Marie-Pierre, qui avait violé ses quatre filles.

Parce que cette affaire a bien failli faire scandale au début des années 2000, quand l’une des filles du couple, Véronique, a pris la parole publiquement pour dénoncer la secte et le réseau pédocriminel dans lesquels ses parents l’avaient plongée.

Elle a parlé d’enfants nés sans être identifiés administrativement, de meurtres dont l’un qu’elle aurait dû commettre elle-même.

 

Véronique s’est aussi reconnu parmi les images d’un des CD Roms de l’affaire Zandvoort, comme plusieurs dizaines d’enfants français.

“Sur la photos, elle serait âgée de 10 ans.

Elle désigne également cinq mineurs qui seraient des camarades d’enfance.

Ces photos auraient été prises alors qu’elle vivait à Angers”, selon La Dépêche.

Mais on sait tous que le procureur Yvon Tallec a clos l’affaire Zandvoort en France en 2000 en déclarant que les enfants étaient consentants.

Véronique avait aussi donné un élément d’information par rapport à la disparition de la petite Marion Wagon, mais l’enquête n’aurait rien donné [5].

Il ne s’agissait pas seulement d’inceste dans cette affaire, mais bien d’inceste et de proxénétisme, accompagnés d’actes de torture, le tout entre 1984 et 1997.

Mais les faits les plus graves, ceux qui amenaient inévitablement vers l’existence d’un réseau, ont été écartés.

“Poursuivis notamment pour des faits de viols, proxénétisme et agressions sexuelles répétées sur leurs filles entre 1984 et 1997, le père et la mère encourent tous deux vingt ans de réclusion criminelle.

Le couple avait vu son procès renvoyé en octobre 2000, après la découverte à Amsterdam (Pays-Bas) d’un CD-ROM pédophile”, rapportait Le Parisien du 16 novembre 2001.

 

Et miraculeusement, les charges de proxénétisme ont été abandonnées suite à l’apparition de l’affaire Zandvoort dans le dossier.

C’était Véronique, âgée de 17 ans, qui avait dénoncé ses parents en 1997.

Mais deux signalements avaient déjà été effectués auparavant par des travailleurs sociaux qui, là aussi, suivaient la famille.

L’un de ces signalements faisait suite à une information du proviseur du collège de l’aînée des filles.

C’est aussi  grâce à un travailleur social, peu regardant par la suite, que Georges avait obtenu un travail de jardinier.

Véronique a donc parlé de viols commis par ses parents et par “des amis” de ses parents.

En janvier 2002, Le Parisien relatait les propos tenus par Véronique devant les policiers : elle

“explique qu’elle a participé à des messes noires à Nanterre (Hauts-de-Seine), à Bruxelles et à Londres lors desquelles elle et d’autres enfants auraient subi des sévices sexuels par des adultes.

Ses parents l’auraient « louée » pour des gens beaucoup plus fortunés”.

Elle a évoqué des sacrifices humains, dans le Maine-et-Loire et dans la région d’Agen, et a précisé que la secte de dingues relevait du martinisme, un dérivé de franc-maçonnerie et de christianisme qui verse également dans l’occultisme.

 

D’autres enfants étaient victimes, a-t-elle encore expliqué devant les caméras de TF1 en juillet 2001, et certains étaient sacrifiés.

Elle décrit des rituels, qui avaient lieu chaque 21 du mois, avec du sang d’un animal mis dans une coupelle, et “qu’on verse sur la tête”.

Selon Véronique, ces adultes “vendaient leurs enfants” parce que “ça rapporte“, “puisqu’un enfant qui a moins de 8 ans vaut 22.000 F“.

A Agen elle a vu tuer des enfants Noirs.

Ailleurs, c’étaient des enfants issus de viols, non déclarés, ou des enfants de filles mineures qui ont été accouchées discrètement.

Elle explique qu’en 1994 à Cholet, elle et deux de ses amies ont dû tuer un enfant, sous la menace d’une arme.

Et qu’elles l’ont tué parce qu’ils “l’auraient fait avec encore plus de violence” et les auraient torturées.

Celui qui tenait l’arme, elle le cite mais le nom est “bipé”, était “celui qui dirigeait la gendarmerie“.

Elle déclare aussi que des juges couvrent le réseau, d’après un email sur lequel elle est tombée, à propos d’un transfert de fonds d’un membre du réseau vers un juge.

Véronique a été placée, et transférée du Maine-et-Loire à Agen, dans un foyer qui était fréquenté par des pédophiles.

 

Ce que dit Véronique peut sembler étonnant, voire “incroyable”.

Mais j’ai reçu le témoignage d’une autre victime de réseau pédocriminel, du côté de Cholet (10 km de Jallais), dans les années 80, début 90.

Là aussi il est question d’enfants violés, déplacés à travers le pays.

Ce témoin a aussi parlé de partouzes avec plusieurs adultes et d’autres enfants, en toute impunité, et de meurtres.

A l’hôpital psychiatrique du coin, toujours selon ce témoin, la plupart des enfants étaient là pour les mêmes raisons, c’est-à-dire les abus qu’ils subissaient dans le cadre de ce réseau.

Mais les psys ne les croyaient pas, apparemment, et se contentaient de les mettre sous cachets.

 

Plusieurs des copines de cette personne, qui étaient aussi violées dans le cadre de ce réseau, sont passées elles aussi par cet hôpital psychiatrique.

La mère et le beau-père du témoin passaient chercher les copines de leur fille, qu’ils utilisaient comme appât.

Ils les emmenaient en divers endroits, pour des viols et des partouzes, et les enfants étaient drogués systématiquement.

Cette activité assurait un certain train de vie à la famille.

Il est intéressant de noter que ce réseau n’a jamais fait l’objet d’investigations, et qu’il n’y a donc aucune raison pour qu’il ait cessé d’exister, bien au contraire.

Il ne serait pas surprenant que certains des pédocriminels du réseau d’Angers aient été victimes du même réseau que Véronique et ce témoin, lorsqu’ils étaient enfants.

********************

Il semble bien que l’affaire du réseau pédocriminel d’Angers n’est pas close, tant les pédos sont incorrigibles.

Aucune peine de prison, aucune “thérapie”, aucun suivi ne peut les faire changer, et ceux-là ont encore montré qu’il se remettent à agresser des mineurs dès qu’ils sortent de prison.

Plus grave; on comprend que tous les coupables n’ont pas été renvoyés au tribunal, et qu’on en est probablement très loin, et que plusieurs “réseaux” émergent dans cette région depuis vingt ans, sans que jamais cela ne soit pris pour tel.

Les enquêtes restent sous dimensionnées pour répondre à la nécessité de mettre à jour un réseau structuré.

Mais, il est vrai que cette hypothèse fait tellement peur à la justice qu’elle n’a vu dans les photos de Zandvoort que des sosies, qu’elle a laissé tomber le dossier des cagoules, qu’elle a oublié les faits de proxénétisme dans le cas du couple de Jallais, et ainsi de suite.

En attendant, les enfants trinquent, quant aux réseaux ils se renforcent et s’étendent.

[1] Selon Ouest France du 8 juin 2019,

« Le procureur d’Angers, Yves Gambert, ne souhaite pas la commenter.

« Il s’agit d’un dossier d’instruction, couvert par le secret, et pour lequel il est tout à fait prématuré de rendre publics des éléments objectifs de la procédure. »

[2] Il n’a jamais avoué de viols sur d’autres victimes que sa petite fille, Marine, la principale victime, ni jamais cité d’autres adultes comme abuseurs.

Au procès il a avoué un viol sur sa fille quand elle avait 7 ans, et était accusé d’avoir violé le fils de cette dernière.

[3] Mais à cette époque le seul juge d’application des peines d’Angers suivait plus de 2000 personnes.

[4] Un autre avocat, Alain Fouquet, représentait « une dizaine d’enfants et les services sociaux »…

[5] Selon la Dépêche du 7 juillet 2001, après avoir quitté son foyer, Véronique a été hébergée chez des gens où elle a entendu une conversation téléphonique au sujet de Marion :

«Elle (ndlr: la pédophile) était à l’étage, moi j’étais dans sa chambre en bas, j’ai donc décroché le téléphone dans sa chambre et j’ai entendu un homme que je connais, Walter, qui a demandé plus d’argent, sinon il allait tout dénoncer à police.

Il disait lui-même: ”De toute façon, ce n’est pas moi qui irai en prison, ce n’est pas moi qui l’ai tuée, je n’ai fait que l’héberger six jours sous vos ordres”. ».

A TF1, elle a expliqué que le type au téléphone disait qu’il avait gardé la fillette six jours et réclamait davantage d’argent sinon il balançait tout.

 

Sources :

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/le-proces-d-angers_486829.html
http://www.ina.fr/playlist/economie-et-societe/reseau-pedophile-d-angers.294235.fr.html
http://www.leparisien.fr/faits-divers/le-reseau-d-angers-n-a-pas-livre-tous-ses-secrets-05-01-2003-2003707524.php
http://www.leparisien.fr/une/pedophilie-le-plus-grand-03-03-2005-2005747291.php
http://www.leparisien.fr/faits-divers/525-annees-de-prison-28-07-2005-2006163731.php
httpss://www.youtube.com/watch?v=JEqv71iUieo
http://www.ina.fr/video/1973682001038
http://www.liberation.fr/evenement/2005/03/03/l-ombre-d-outreau-sur-le-proces-d-angers_511449
http://www.leparisien.fr/faits-divers/violeurs-de-pere-en-fils-11-03-2005-2005770560.php
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20070202.OBS0128/pedophilie-l-affaire-d-angers-rejugee-a-nantes.html
http://www.leparisien.fr/une/le-couple-prostituait-ses-enfants-15-11-2001-2002586887.php

http://www.leparisien.fr/faits-divers/les-parents-juges-pour-viols-sur-leurs-filles-16-11-2001-2002589312.php
http://www.leparisien.fr/faits-divers/enquete-sur-un-reseau-pedophile-a-angers-13-01-2002-2002731863.php
http://www.youtube.com/watch?v=z4Y0kLc346Y
http://www.youtube.com/watch?v=JS_w3O1WaAE
« Le livre de la honte – les réseaux pédophiles », Serge Garde et Laurence Beneux, 2001, Le cherche midi
Rapport du CIDE de 2012

 

****
Association Wanted Pedo