26
JUL
2020

Metz | Un ancien moniteur du club de tennis de l’ASPTT soupçonné de pédocriminalité en ligne

Un prof de tennis de l’ASPTT Metz visé par une enquête pour des soupçons de pédocriminalité en ligne

Les terrains de l’ASPTT de Metz. – Google maps

Un moniteur très respecté du club de tennis de l’ASPTT de Metz a été placé en garde à vue mardi soir dans le cadre d’une enquête pour corruption de mineurs et proposition sexuelle à un mineur. Les soupçons portent sur ses activités sur internet. Le club a mis à pied son employé.

Le président de l’ASPTT Tennis de Metz, Didier Bauer, parle d’un “choc”. L’un de ses plus anciens moniteurs de tennis a été placé en garde à vue mardi soir par les gendarmes.

Les soupçons visés par l’enquête interpellent : “corruption de mineur“, “proposition sexuelle à un mineur” et “détention d’images pédopornographiques“, le tout “par moyen de communication électronique”. Autrement dit, des activités en ligne, sur internet.

Le président du club a été auditionné par les gendarmes, qui lui ont appris les soupçons pesant sur ce moniteur de 63 ans connu et respecté de tous, qui était chargé de l’école de tennis et avait des missions au comité départemental de tennis de la Moselle. A l’issue de sa garde à vue, l’homme a été relâché. Des investigations complémentaires sont en cours.

Didier Bauer l’a convoqué dans la foulée ce jeudi pour lui annoncer sa mise à pied conservatoire avec effet immédiat.

“Il m’a assuré qu’il n’avait jamais eu de gestes déplacés envers aucun élève, qu’il s’agissait de jeux de rôle sur internet”,

explique Didier Bauer. Le lendemain, il a téléphoné aux parents des enfants encadrés par ce moniteur, et écrit un mail à tous les adhérents de l’ASPTT Tennis pour les tenir au courant de la mise à pied du moniteur et des soupçons pesant sur lui.

Le président de l’ASPTT parle dans ce message d’une “surprise totale et un choc profond” pour lui et les quatre autres cadres de la section tennis, qui n’avaient jamais soupçonné leur collègue.

Pour le moment, Didier Bauer n’a eu aucun retour de parents qui pourrait évoquer des soupçons d’activités pédocriminelles au sein de l’ASPTT. Du côté de la gendarmerie, la brigade de Courcelles-Chaussy poursuit son enquête, avant d’éventuelles suites judiciaires.

Source : francebleu

Avatar
Association Wanted Pedo
error: Nos articles sont trop souvent copiés sans être cités en source.