13
SEP
2020

Mézidon-Canon | Un ancien magnétiseur de 52 condamné à 1 an de prison avec sursis pour avoir agressé plusieurs mineurs

Un ancien magnétiseur condamné pour agressions sexuelles


Un homme de 52 ans a été jugé pour des agressions sexuelles sur des adolescentes en Suisse normande, à Dives-sur-mer et Mézidon (Calvados). Il a été condamné.
Agression sexuelle imposée à un mineur de 15 ans de 2012 à 2014 à Mézidon-Canon; agression sexuelle par une personne ayant autorité sur la victime du 1er octobre 2015 au 31 mars 2016 à Clécy ; violences sur un mineur de 15 ans sans incapacité de 2012 à 2014 à Mézidon-Canon et Dives-sur-Mer.
Cet homme de 52 ans, devait répondre de ces trois délits, jeudi 10 septembre 2020 devant le tribunal judiciaire de Caen (Calvados).

La victime se réveille à moitié nue

L’affaire a pour point de départ le signalement d’un service de pédiatrie où une des deux victimes est hospitalisée. Elle confie qu’elle est agressée sexuellement par un ami de son père qui la garde de temps en temps. Le prévenu est un ancien magnétiseur.
Un autre signalement provient d’un collège, avant un dépôt de plainte dans une gendarmerie. Une séance de magnétisme aurait eu lieu dans le salon du mis en cause. La victime, une adolescente d’une douzaine d’année, s’est réveillée à moitié déshabillée sur le canapé.
Des agressions sexuelles auraient également été commises pendant une promenade en forêt. Placé à deux reprises en garde à vue, cet homme conteste les faits qui lui sont reprochés :

« La première séance n’a pas été du magnétisme. J’ai seulement écouté ses problèmes. Je n’ai jamais touché un enfant. Je vis un véritable cauchemar depuis le début de cette affaire. »

Une deuxième victime, également adolescente au moment des faits, déclare avoir également subi des attouchements.

« Cela se passait quand ? »,

demande la présidente du tribunal de Caen. La victime confie :

« Quand ma mère s’absentait ».

Pour une des avocates des parties civiles, il est clair que

« le prévenu fait fi de la chronologie. Il se victimise à outrance, ce n’est pas lui. Il sait faire beaucoup de choses mais pas protéger les enfants ».

Une autre avocate de la partie civile évoque

« des gestes déplacés sur plusieurs mineures… »

Près de 10 000 euros de dommages et intérêts sont demandés par les trois parties civiles.

« Un comportement de prédateur »

Une expertise psychologique conclut à

« un homme manipulateur, crédible mais qui ne dit pas forcément la vérité. »

Le ministère public, qui évoque

« un comportement de prédateur »,

requiert trois ans de prison dont dix-huit mois avec un sursis probatoire de trois ans, ainsi qu’une inscription au fichier des délinquants sexuels.
Maître Ophélie Minot, avocate de la défense, ne voit pas « de démonstration d’éléments matériels de l’infraction. Tant pour l’agression que pour les violences. » Soulignant « un contexte familial compliqué, des conflits il y en a et ce n’est pas terminé », la défense estime qu’il y a « des failles et des contradictions dans l’enquête. »
Elle émet aussi des doutes sur les faits qui auraient été commis dans la maison de Clécy, en Suisse normande, où il y avait régulièrement neuf personnes : « Vous pensez qu’il se serait livré à des agressions sexuelles ? C’est inimaginable… » L’avocate de la défense plaide la relaxe et le rejet des demandes indemnitaires.
Relaxé pour les violences, l’ancien magnétiseur est reconnu coupable pour les agressions sexuelles. Il est condamné à 1 an de prison avec un sursis probatoire de deux ans, à une obligation de soins, de travail.
Il devra indemniser les deux jeunes victimes et la mère de l’une d’elles (4400 euros). Le tribunal ordonne également l’inscription au Fijais (Fichier des auteurs d’infractions à caractère sexuel). Le jugement est susceptible d’appel.
Source : actu.fr

Avatar
Association Wanted Pedo
error: Nos articles sont trop souvent copiés sans être cités en source.