Son casier judiciaire porte mention de 4 condamnations

Me Olivier Martinez défend l’accusé

Ce lundi 6 novembre et mardi 7 novembre, la cour d’assises des Deux-Sèvres se penche sur un dossier de viol et d’agression sexuelle commis sur une personne vulnérable dans le Mellois. L’accusé, 35 ans aujourd’hui, nie les faits.

La troisième session de l’année de la cour d’assises des Deux-Sèvres s’ouvre, ce lundi 6 novembre en début d’après-midi au palais de justice de Niort, par une affaire de « viol commis sur une personne vulnérable en récidive » et « agression sexuelle imposée à une personne vulnérable » dans le Mellois.

Ce dossier nécessitera deux jours de débats à huis-clos, à la demande du conseil de la partie civile, Me Yohan Scattolin, avocat au barreau des Deux-Sèvres.

L’accusé est un natif de Lorraine âgé de 35 ans. Il comparaît libre, placé sous contrôle judiciaire qu’il est depuis le mois de décembre 2013 après neuf mois de détention provisoire. Il est défendu par Me Olivier Martinez, également avocat au barreau des Deux-Sèvres.

Les faits remontent à la fin de l’hiver 2013 et avait été dénoncés à la gendarmerie par l’assistante familiale de la victime, alors âgée de 17 ans.

L’adolescente venait de passer le week-end chez sa mère, le voisin de cette dernière étant l’agresseur présumé. Lui nie, encore aujourd’hui, avoir abusé sexuellement de la jeune femme. Son conseil devrait plaider l’acquittement.

Si la récidive est retenue par les jurés, qui étaient tirés au sort ce lundi matin, l’accusé encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Son casier judiciaire porte mention de 4 condamnations.

Source: La nouvelle Republique