14
JUIL
2019

Niort | Jérôme Frejoux, un homme de 48 ans, à nouveau condamné pour détention de fichiers pédopornographiques alors qu’il sortait de prison pour agression sexuelle

Le pédophile niortais consultait des images pédopornographiques : quatre ans de prison

© Photo d’illustration NR, Jean-André Boutier

Il sait qu’il est pédophile : le vendredi 12 juillet 2019, Jérôme Frejoux, 48 ans, a été condamné à quatre années d’emprisonnement ferme par le tribunal correctionnel de Niort après avoir consulté et détenu des images à caractère pédopornographique.

Il flerrait ses proies, des adolescentes prépubères, via Facebook ou WhatsApp en se faisant passer pour un jeune homme de 17 ans : jugé le vendredi 12 juillet 2019 en tout début d’après-midi par le tribunal correctionnel de Niort selon la procédure de comparution immédiate, Jérôme Frejoux a écopé de 4 ans d’emprisonnement ferme.

Une peine assortie d’un suivi socio-judiciaire courant sur cinq ans et comprenant une injonction de soins : s’il venait à ne pas observer cette mesure, il serait envoyé derrière les barreaux deux ans de plus.

Ce natif de Thouars installé dans la ville-préfecture des Deux-Sèvres a été incarcéré dans la foulée du prononcé du jugement, lu par le président Gérald Faucou. Cette sanction judiciaire correspond en tout point aux réquisitions du ministère public, représenté par Alice Rodrigues, substitut du procureur de la République de Niort.

Castration chimique

Jérôme Frejoux a été condamné pour “détention de l’image d’un mineur présentant un caractère pornographique” et “consultation habituelle d’un service de communication au public en ligne mettant à disposition l’image ou la représentation pornographique de mineur”.

Ces méfaits, il les a commis entre le 12 septembre 2015, soit au lendemain de sa sortie de détention après avoir été sanctionné de trois années de prison ferme pour une agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans, et le mercredi 10 juillet 2019, jour de son interpellation à son domicile niortais par les policiers, puis de son placement en garde à vue au commissariat.

Le prévenu a été dénoncé par une amie, qui avait découvert un message suspect dans son smartphone : elle trouvera des photos interdites dans son ordinateur. Plusieurs dizaines.

Me Hugo Mannevy, l’avocat de Jérôme Frejoux, palais de justice de Niort

“Il s’est montré coopératif dès le début, il n’a pas cherché à se cacher”,

a plaidé son conseil, Me Hugo Mannevy, conscient

“de la difficile tâche de le défendre. Il a parfaitement conscience qu’il est pédophile, il n’est pas dans le déni de ses tendances déviantes : la pédophilie, ce n’est pas un choix, contrairement au passage à l’acte”.

L’avocat fait directement allusion à la castration chimique de son client, une injection tous les trois mois effectuée par son médecin traitant, et à sa participation à un groupe de paroles en même temps que son suivi par un psychiatre.

“Sans cette castration chimique, il serait un véritable danger”,

conclut Me Hugo Mannevy. Saisis par les policiers de la brigade de sûreté urbaine, ou BSU, le smartphone et l’ordinateur de Jérôme Frejoux sont confisqués sur décision du tribunal correctionnel de Niort.

Une autre procédure pour corruption de mineures

Jérôme Frejoux devrait faire l’objet d’une autre procédure judiciaire, une enquête préliminaire pour corruption de mineures ayant été ouverte parallèlement à celle qui l’a conduit devant la justice pour la quatrième fois : il aurait tenté d’entrer en relation avec 174 adolescentes, leur adressent des textos voire leur envoyant une ou plusieurs photos de son sexe.

“Il y a eu des discussions très crues avec certaines”,

a relevé le président Faucou.

“J’ai plus peur de l’interdit qu’avant, mais j’ai encore des progrès à faire”,

a déclaré Jérôme Frejoux pendant les débats. En détention à Niort, il avait notamment “créé des liens” avec Vincent Terrasson, condamné par cette même juridiction le vendredi 2 novembre 2018 à 6 ans de prison ferme pour avoir détenu 151.871 fichiers numériques à caractère pédopornographique.

Source : lanouvellerepublique

Avatar
Association Wanted Pedo