02
NOV
2019

Pédocriminalité | “Le phénomène des viols d’enfants en direct est en forte augmentation” entretien avec Yann Le Goff, commissaire divisionnaire

La pédopornographie explose. Sur Internet, le nombre d’images augmente. Autre phénomène : le live streaming (le visionnage de contenus en direct) sur des plateformes comme Skype. Les pédophiles n’ont plus besoin de se déplacer en Asie du Sud-Est, notamment aux Philippines, pour « voir des viols d’enfants » assure Yann Le Goff, commissaire divisionnaire et attaché de sécurité intérieure à l’ambassade de France de Singapour. Entretien.

Illustration. © Alain Dewez/ Le Soir

TV5MONDE : En quoi consiste votre travail ?

Yann Le Goff : Mon travail consiste à traquer les pédophiles sur Internet, avec nos collègues américains, australiens, britanniques ou encore néerlandais.

Nous sommes plusieurs attachés de sécurité intérieure à travailler sur ce sujet ; j’ai des collègues en Inde et en Thaïlande par exemple.

Notre action est centralisée en France par l’Office central de la répression des violences aux personnes.

L’OCRVP, qui dépend de la police judiciaire, est la pierre angulaire de la mise en œuvre de nos actions.

Avec le live streaming, des pédophiles, depuis leur pays d’origine (souvent des pays occidentaux) commandent à distance le viol d’un enfant moyennant une transaction financière.

Lorsque le direct commence, le pédophile donne des ordres à un commanditaire qui est avec l’enfant, aux Philippines par exemple.

Là, le commanditaire fera ce qu’il lui demande de faire sur le ou les enfants.

Les pédophiles ont compris qu’il était de plus en plus dangereux de se déplacer à l’étranger.

Ils ont aussi compris que depuis leur salon, avec les moyens techniques actuels, un anonymat certain leur était offert pour se livrer aux actes répréhensibles qui sont les leurs.

Ce phénomène est inquiétant, et il est en forte augmentation.

En 2019, beaucoup d’affaires ont été révélées.

Nous détectons une tendance haussière mais je ne dispose pas des chiffres.

Comment voyez-vous que le phénomène du live streaming est en progression ?

Ce phénomène se remarque par des signalements, nos découvertes sur les forums de pédophiles et par les éléments que des organismes financiers peuvent porter à notre connaissance.

Par ailleurs, beaucoup d’ONG sur le terrain voient le nombre de victimes augmenter.

Autrefois, la communauté pédophile fonctionnait avec des images en vase clos.

Aujourd’hui, la nouvelle technologie propose une quantité phénoménale, renouvelée chaque jour, de photos et vidéos.

À partir du moment où vous avez une banalisation de ces images, vous avez le besoin d’en voir plus.

C’est pour cela que l’on voit des viols d’enfants âgés d’à peine quelques mois.

La pédopornographie sur Internet coûte moins cher qu’un billet d’avion pour se rendre en Asie du Sud-Est.

À combien se monnaie le live streaming d’un acte pédophile ?

Le viol d’un enfant dépend de plusieurs facteurs, comme son âge, le lieu de l’agression, ou le nombre de personnes dans cette chaîne pédophile.

Le viol d’un enfant en Asie du Sud-Est par live streaming coûte entre 30 et 100 dollars américains, rarement au-delà.

Plus l’enfant est jeune, plus le prix augmente.

Le tarif du viol d’un enfant de 2 ans, ou moins, coûte aux alentours de 100 dollars.

Nous avons des cas d’enfants âgés seulement de quelques mois.

De quels pays viennent les agresseurs, et les victimes ?

Les pays qui fournissent des pédophiles sont essentiellement des pays “occidentaux” : États-Unis, Canada, Australie, France, Grande-Bretagne, Hollande, et aussi les pays scandinaves.

Tous ces pays ont un point commun : une très forte communauté de pédophiles.

On se rend compte que désormais, une communauté pédophile émerge dans certains pays asiatiques, comme le Japon ou la Chine.

Les victimes, elles, viennent d’abord des Philippines.

La Thaïlande, le Laos, le Cambodge et le Népal ne sont pas en reste.

Ce phénomène côtoie le tourisme sexuel.

Ce phénomène du live streaming a émergé il y a cinq ans. Les règles de confidentialité de certaines applications comme Skype ont-elles changé ?

L’accès à la technologie s’est démocratisé.

L’anonymat est considérablement aidé, notamment sur Skype.

Quand vous êtes en direct avec les Philippines, et que vous avez un viol sous les yeux, vous n’allez pas être embêté.

Dans les favelas, vous n’avez pas de noms de rues, mais des allées enserrées entre des cabanes faites de bric et de broc. Et c’est dans ces cabanes qu’ont lieu les abus.

Yann Le Goff, attaché de sécurité intérieure à l’ambassade de France de Singapour

Que dit la loi en France par rapport à ce fléau ?

Le droit compose avec ce phénomène du live streaming avec des textes existants.

Aujourd’hui en France, on peut retenir la complicité de viol par l’instigateur (celui qui donne des ordres à l’abuseur qui se trouve aux Philippines).

Très peu de cas sont passés devant les tribunaux.

Si la personne détient uniquement des images à caractère pédopornographique, elle sera condamnée pour ces faits.

La peine est moins lourde qu’une condamnation pour complicité de viols.

Reste à savoir s’il faudrait réfléchir à une nouvelle incrimination, et faire de ce comportement, celle du live streaming, une infraction autonome.

Comment se passe la coopération avec les Philippines ?

Avec la police aux Philippines, la coopération est totale, excellente.

Dans ce pays, la loi n’est pas permissive : les personnes encourent la réclusion à perpétuité.

Il n’y a aucune tolérance sur le phénomène.

J’étais aux Philippines début août pour leur fournir des éléments sur un dossier français en cours.

Deux semaines et demie plus tard, le facilitateur philippin était interpellé en flagrant délit.

Il faut aussi voir les moyens des Philippines – un pays en voie de développement, et les moyens de sa police pour pouvoir localiser les faits.

Il est probable que dans les mois qui viennent, nous signions un accord de coopération judiciaire entre la France et les Philippines.

Yann Le Goff, attaché de sécurité intérieure à l’ambassade de France de Singapour

L’IP d’un ordinateur (le numéro qui identifie chaque ordinateur connecté à Internet) vous relie à une adresse physique.

Dans les favelas, vous n’avez pas de noms de rues, mais des allées enserrées entre des cabanes faites de bric et de broc.

Et c’est dans ces cabanes qu’ont lieu les abus.

En France, localiser des faits n’est pas si compliqué : les rues portent des noms, les maisons ont des numéros.

Mais à partir du moment où vous vous retrouvez dans une favela à Manille, ou dans une zone très rurale comme l’île de Cebu, la localisation des faits n’est pas chose simple.

C’est là où nous combinons nos efforts, avec les Américains et les pays européens, pour offrir notre coopération technique et opérationnelle aux Philippins.

Enfin, il est probable que dans les mois qui viennent, nous signions un accord de coopération judiciaire entre la France et les Philippines, afin de permettre une plus grande fluidité dans l’échange d’informations.

Que demandez-vous aux plateformes pour vous aider dans la traque des pédophiles, voire pour qu’elles ne diffusent plus ces live streaming ?

La coopération est bonne avec les fournisseurs : dès lors qu’ils identifient des images, que s’échangent des pédophiles, elles sont immédiatement retirées.

Les pédophiles utilisent d’autres plateformes, comme des forums pour se parler.

Régulièrement, certains sont fermés, mais d’autres ouvrent.

Ces pathologies doivent être prises en compte sur le plan psychiatrique pour permettre à ces personnes de vivre mieux, sans ces fantasmes et pulsions.

Yann Le Goff, attaché de sécurité intérieure à l’ambassade de France de Singapour

Quelles sont les actions menées pour empêcher le live streaming ?

Nous surveillons les plateformes, les lieux ou s’échangent les conseils.

Nous avons de plus en plus la possibilité de traquer les flux financiers.

Mais quand il s’agit d’une centaine de dollars, c’est très compliqué.

Pour autant, avec les agences comme Tracfin en France, et leurs homologues à l’étranger, nous arrivons à échanger beaucoup d’informations.

Notre lutte passe par une combinaison de facteurs.

Le but, c’est que la maille du filet devienne de plus en plus fine.

Où en êtes-vous dans cette traque “d’un nouveau genre” ?

Nous sommes dans une phase d’accroissement de la volonté et de l’action pour lutter contre la pédocriminalité.

La Grande-Bretagne, l’Australie, les États-Unis et les pays européens ont la volonté d’essayer de structurer, par exemple, une législation pour que tous les pays d’Asie du Sud-Est puissent avoir la même.

Dans les pays occidentaux, il faudra se poser la question des malades.

Ces pathologies doivent être prises en compte sur le plan psychiatrique pour permettre à ces personnes de vivre mieux, sans ces fantasmes et pulsions.

Nous avons besoin d’avoir une réponse en termes de santé publique, dans les pays occidentaux.

L’explosion de la pédopornographie aux États-Unis

Une enquête du New York Times, publiée le 28 septembre 2019, révèle que le nombre de contenus pédopornographiques sur Internet n’a jamais été aussi important aux Etats-Unis.

45 millions de photos et vidéos à caractère pédopornographique ont été signalées en 2018.

C’est plus du double qu’en 2017 (18,4 millions).

Dans le cadre d’une vaste opération contre la pédophilie en ligne, près de 1 700 personnes ont été arrêtées en deux mois, selon le ministère américain de la Justice.

Un séminaire pour lutter contre l’exploitation sexuelle des mineurs

La France a organisé un séminaire à Singapour du 18 au 21 juin 2019.

Y ont participé des ONG, mais aussi des entreprises comme Facebook, MasterCard, Western Union ou encore PayPal.

Skype était absent.

24 pays ont fait le déplacement, dont dix invités par la France et Europol”, indique Yann Le Goff.

Le but de cette rencontre : lutter contre le live streaming d’abus sexuels commis sur des enfants.

Source : TV5 Monde

WantedPedo 1
Association Wanted Pedo