15
MAR
2020

Poitiers | Un homme de 77 ans condamné à 5 ans de prison ferme pour agressions sexuelles sur plusieurs enfants dont un de 8 ans

Un septuagénaire condamné à 5 ans de prison ferme pour agressions sexuelles et pédopornographie

Une salle d’audience à Poitiers.
© (Photo archives NR-CP)

Le presque octogénaire était poursuivi pour agressions sexuelles, corruption de mineurs et détention d’images pédopornographiques.

Tribunal correctionnel de Poitiers

Un homme âgé de 77 ans, habitant d’une grosse ville dans l’est de la Vienne, a été condamné à 5 ans de prison ferme, assorti d’un maintien en détention, par le tribunal correctionnel de Poitiers, jeudi 5 mars 2020. Il a été reconnu coupable de l’ensemble des infractions reprochées : agressions sexuelles imposées à des mineurs de 15 ans, enregistrements, diffusions, détentions à caractère pornographique d’images de mineurs de 15 ans.

À sa sortie de prison, inscrit au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (FIJAIS), il fera l’objet d’un suivi sociojudiciaire de 5 ans. Il devra également verser 7.000 € de dommages et intérêts à un premier enfant, 2.000 € à son père et sa mère ; 2.000 € à une autre jeune victime et 800 € à sa maman. Les juges ont suivi les réquisitions du ministère public.

Les faits ont eu lieu entre 2014 et 2018. L’affaire avait débuté avec une aide à domicile qui avait fait part aux gendarmes des inquiétudes d’une maman : un homme âgé avait évoqué à plusieurs reprises son attrait pour la pédophilie. La maman avait interdit à son fils de le fréquenter.

Mais tout se jouait sur fond de misère sociale. L’homme aidait financièrement certaines familles pour qui il était devenu un « grand-père ». Et puis il disposait d’un ordinateur en accès libre pour les jeunes. Il recevait chez lui, très légèrement vêtu. L’enquête a évoqué des bains nus. Des massages, attouchements. Et puis des photos des jeunes accrochées au mur.

Quelques mois plus tard, alors que l’instruction est toujours en cours, nouvelle plainte pour un enfant de 8 ans. Lors d’une sortie à la piscine avec ce « papy », la victime évoque une main dans le caleçon et une masturbation dans le jacuzzi.

Une première perquisition en novembre 2014 permet aux militaires de retrouver plusieurs centaines de photos et vidéos pédopornographiques sur les disques durs de l’ordinateur ou de l’appareil photo.

Le grand-père conteste les faits, évoquant un travail artistique sur l’enfance et la misère, et une attirance « purement affective ». Las, une nouvelle enquête menée par des cybergendarmes retrouve l’adresse IP du pépé sur 95 fichiers d’un site internet pédopornographique. Nouvelle perquisition en juin 2018 : 948 vidéos et plus de 4.000 images sont retrouvées.

Le presque octogénaire explique avoir téléchargé ces documents « pour préparer sa défense » et préparer un livre expliquant « comment sortir de la pédophilie ».

Les experts psychiatres ont estimé qu’il n’avait aucune pathologie et qu’il était curable. Absent lors d’une audience éprouvante, organisée en présence des jeunes victimes, l’avocate du prévenu a plaidé avec énergie l’absence d’éléments matériels :

« Je ne suis pas là pour justifier le comportement de mon client mais vous devez juger en droit et il n’y a pas d’éléments pour le condamner. »

Source : lanouvellerepublique

Avatar
Association Wanted Pedo