14
FéV
2020

Pont-Audemer | Un jeune de 13 ans se prostituait : seulement 1 an ferme pour un récidiviste et du sursis pour les autres !!

Un jeune de 13 ans de Pont-Audemer (Eure) se prostituait. Quatre de ses clients, des hommes de 35 à 52 ans, ont été condamnés au tribunal correctionnel d’Evreux.

Les quatre prévenus ont été jugés et condamnés au tribunal d’Evreux (© La Dépêche d’Evreux).

Tribunal correctionnel d’Evreux, audience du jeudi 6 février 2020. Quatre hommes âgés aujourd’hui de 35, 47, 49 et 52 ans ont été condamnés à des peines de prison allant de 12 mois, 24 mois avec sursis à un an ferme pour atteintes sexuelles sur un mineur de moins de 15 ans, faits commis sur une période allant du 1er juin 2015 au 31 mars 2016 à Pont-Audemer, Saint-Sébastien-de-Morsent et Boisney (Eure). La victime est un jeune garçon âgé de 13 ans à l’époque des faits.

Il prétendait avoir 18 ans

L’adolescent de 13 ans, demeurant à Pont-Audemer, s’est prostitué pour « gagner de l’argent » et son activité aurait pu durer de longues années sans la vigilance des gendarmes, qui ont reçu sa mère le 4 mars 2016.

Cette dernière, sous tutelle, a tenu ce jour-là des propos incohérents. Reste que ces propos, mettant en cause son fils, étaient suffisamment graves pour justifier une enquête.

Entendu, le jeune garçon a alors spontanément reconnu se prostituer, déclarant aux gendarmes :

Je me suis inscrit sur trois sites de rencontres homosexuelles dès mon entrée en 6ème. J’ai créé mon profil en indiquant sous la photo que j’avais 18 ans. J’ai ainsi pu rencontrer de nombreux hommes, essentiellement pour des fellations. »

Les gendarmes ont donc analysé le contenu de son téléphone portable ce qui a permis d’identifier Vladimir B., 47 ans au jour de son procès, demeurant à Boisney, Thomas B., 35 ans, de Thiberville, Bruno P., 49 ans, de Saint-Sébastien-de-Morsent et Fabien T., 52 ans, désormais domicilié en Seine-Maritime.

 

« J’ai eu un doute »

Jugés au tribunal d’Evreux pour atteintes sexuelles sur mineur, seuls les deux derniers prévenus avaient effectué le déplacement.

L’un, Fabien T., ancien pompier, marié et père de famille, a reconnu avoir rencontré le jeune homme à plusieurs reprises et avoir eu avec lui des relations tarifées. L’autre, Bruno P., ne l’aurait vu qu’une seule fois, le faisant venir chez lui, allant le chercher à la gare d’Evreux.

L’avocate de la partie civile Me Beauvalet, au nom de l’AVEDE (Association d’aide aux victimes), a plaidé en ces termes :

Un enfant de 13 ans qui accepte des relations sexuelles a forcément été contraint. Sur le plan matériel, son père est parti, sa mère, qui a des problèmes psychiatriques, était dans l’incapacité de s’en occuper et le réfrigérateur est vide. Sur le plan moral, il était en situation d’abandon.

Ce qui s’est passé est répréhensible pour la morale et illégal.

On ne touche pas à un enfant de 13 ans. »

Les réquisitions du parquet ont été de 12 mois avec sursis (avec mise à l’épreuve de 2 ans) à l’encontre de Fabien T., 24 mois avec sursis (mise à l’épreuve de 2 ans) pour Bruno P. et Thomas B. avec des obligations de soins et d’indemnisation pour les trois, ainsi qu’une année de prison ferme avec mandat d’arrêt pour le récidiviste Vladimir B., ce dernier présentant selon le procureur des risques de récidive importants. La défense a ensuite pris le relais.

« Les infractions ne tiennent qu’en raison de l’âge. Or, le prévenu n’a connu cet âge qu’en garde à vue et le site mentionnait 18 ans »,

a argué Me Brulard pour Bruno P.

Son confrère, Me Poncet, a enchaîné :

Les premiers contacts (avec la victime) ont été établis par SMS et on constate que ce dernier a eu un rôle moteur et majeur. Enfin, il n’y a eu qu’une seule relation sexuelle et il n’a pas été question de prostitution et encore moins d’argent. »
Les peines prononcées ont été les suivantes.

Vladimir B. a été condamné à un an de prison ferme avec suivi socio-judiciaire de 3 ans, comportant obligations de soins et d’indemnisation et interdiction de tout contact avec les mineurs.

Thomas B. et Bruno P. ont écopé de 24 mois de prison avec sursis, avec mise à l’épreuve de 2 ans comportant obligations de soins et d’indemnisation et interdiction de tout contact avec les mineurs.

Fabien T. a été condamné à 12 mois de prison avec sursis avec obligations de soins et d’indemnisation.

Inscrits au fichier des auteurs d’infractions sexuelles (Fijais), les quatre prévenus devront verser, chacun, 1 000 euros de préjudice moral et 200 euros de frais de procédure à la victime via l’AVEDE.

Source : actu.fr

Avatar
Association Wanted Pedo
error: Nos articles sont trop souvent copiés sans être cités en source.