29
NOV
2017

RCI Martinique | Manipulation médiatique ou manque de professionnalisme ??

Animatrice Béatrice Vandevoorde, RCI

Une fois de plus nous sommes consternés par le manque de professionnalisme voire la manipulation médiatique de RCI relative à l’affaire d’agression sexuelle sur la petite Louise.

Est-ce une volonté particulière de semer la confusion dans l’esprit du peuple ou un manque réel de professionnalisme ?

Pour rappel, ci-dessous l’affaire en détail avec pour preuve une attestation de la psychologue de la croix rouge :

Martinique | ALERTE une petite fille de 5 ans en danger; quand la pédocriminalité devient une “infraction insuffisamment caractérisée”

Le père accusé de pédophilie sur sa fille à fait le déplacement en Martinique afin de défendre son triste cas suite à la diffusion du reportage France Tv 1ere Martinique :

 

Le père, accusé de pédophilie, a été entendu par RCI qui a fait un premier article : Un père accusé d’attouchements sur sa fille. Les précisions

Puis un deuxième : Quelles nouvelles de Louise et sa mère ?

Avec une émission Radio du Lundi 30 octobre 2017 animée par Béatrice Vandevoorde :

Animatrice Béatrice Vandevoorde, RCI

 

Concentrons-nous sur cette dernière émission radio, digne d’un “jeu d’acteurs”, vide de réelles informations…

“la rédaction de RCI a creusé le sujet et a eu une toute autre version de l’affaire en joignant l’avocat du père Henrique Vannier

 

Henrique Vannier, Avocat, Bâtonnier du barreau de Melun

 

Alors chers “pseudo journalistes”, si vous aviez vraiment “creusé” le sujet comme vous dites, si vous aviez fait votre travail correctement en toute neutralité avec une petite recherche “google”, vous auriez pu avoir des détails précis de l’affaire avec preuves à l’appui en consultant notre article.

Pascale Lavenaire, Rédactrice en chef RCI, crédit photo : Facebook

 

Sullyvan Daphné, Journaliste RCI, crédit photo : Facebook

 

Aussi avez-vous cherché à contacter l’avocat de la mère pour entendre sa version ?

Ou avez-vous choisi délibérément de censurer son discours comme vous avez censuré la lettre ouverte co-signée par plusieurs associations défendant le combat de la mère pour sauver son enfant ?

Lettre Ouverte co-signée, 1/4

 

Lettre Ouverte co-signée, 2/4

Lettre Ouverte co-signée, 3/4

 

Lettre Ouverte co-signée, 4/4

 

Ainsi par professionnalisme, vous n’auriez sans doute pas omis de parler de l’attestation de suivi du  Service d’Aide aux Mineurs Victimes d’Agression sexuelle, service de la Croix-Rouge française qui suit la petite Louise depuis novembre 2016 et qui atteste du psychotraumatisme qu’elle subit suite à une “attaque phallique intrafamiliale” :

RCI dans son émission radio dit :

“Cette affaire, compte tenu de sa nature, a touché le public et l’a divisé dès lors que cette histoire a été mise sur la place publique par la mère

 

Manipulation ou mauvaise foi ?

Ce n’est pas la mère qui a divisé l’opinion publique mais bien vous RCI avec votre 1er article car le peuple a bien compris l’enjeu et le dysfonctionnement judiciaire en cours et c’est pourquoi la pétition a recueilli plus de 9000 signatures !

Et comme dit Sullyvan Daphné et Pascale Lavenaire dans le 1er article :

“Maître Georges Emmanuel Germany affirme que la conviction de sa cliente est fondée.”

Pensez-vous que l’avocat de la mère manque autant de professionnalisme que vous, en affirmant ceci sans preuve ?

Enfin votre sape dévoile clairement un parti-pris, en faveur du père accusé de pédophilie.

Vous dites :

“Il n’a pas pu suivre la fin de la grossesse, ni assister à la naissance, une barrière renforcée par la famille martiniquaise de l’enfant, puisque c’est la grand-mère que l’on voit témoigner dans les médias.”

Le père, qualifie Élodie de son “ex-épouse”, un mensonge sachant que la relation, sans vie commune, entre la mère et le père a duré seulement 9 mois au cours desquels Louise a été conçue.

La mère a décidé de quitter le père au 6ème mois de grossesse, le 13 janvier 2012, car il s’alcoolisait et consommait de la drogue créant un environnement malsain.

Comment le père aurait-il pu assister à l’accouchement puisque les parents ne se parlaient plus depuis le 6ème mois de grossesse ?

Quand à “la barrière renforcée par la famille martiniquaise”, vous parlez des grand-parents, des personnes âgées !… Quelle rude “barrière” face à un “homme” de 44ans !! …

De plus, n’est-il pas normal que des grands-parents se sentent concernés et s’impliquent lorsque leur petite-fille courre un grave danger ?

 

Quelles nouvelles de Louise et sa mère ?

Le 2eme article RCI.

Écrit par la journaliste à la rédaction Peggy Saint-Ville et édité par Karl Lorand.

Peggy Saint-Ville, Credit Photo : RCI

Peggy Saint-Ville, Credit photo : Facebook

 

Karl Lorand, Edition RCI, Crédit photo : Facebook

Suite à votre 1er article qui a divisé l’opinion publique, on aurait bien vu en titre du second :

“Comment va le pauvre papa qui ne retrouve pas sa fille ?”

RCI écrit :

“Pour mieux comprendre les faits, il faut revenir sur certains détails de cette affaire qui a touché et divisé l’opinion publique.”

Encore une fois vous parlez de division de l’opinion publique.

Faites-vous preuve d’amnésie ou d’une réelle mauvaise foi ?

Car c’est bien vous qui avez divisé l’opinion publique avec votre 1er article.

RCI écrit :

“Tout a commencé le 9 septembre dernier par la diffusion d’une pétition intitulée “sauvons ma fille” et largement partagée sur les réseaux sociaux.”

Sauvons ma fille

Cette pétition a eu le pouvoir d’unir le peuple pour défendre Louise et sa mère en récoltant plus de 9700 signatures. A ce moment-là on ne peut clairement pas parler de division de l’opinion publique.

Alors cessez vos mensonges RCI !

C’est vous qui divisez l’opinion publique par manque de professionnalisme et de neutralité ou bien par volonté manipulatrice ??…

Nous sommes en droit de nous poser la question, sachant que beaucoup de médias conventionnels traitent et minimisent les faits dans la plupart des affaires de pédophilie

Aux animateurs et journalistes de RCI qui ont des enfants  :

Comment pouvez-vous remettre en question la parole d’une enfant qui dit avoir été abusée par son père ?

et dont les troubles résultants sont attestés par le Service d’Aide aux Mineurs Victimes d’Agression sexuelle de la Croix-Rouge française,  qui déclare le psychotraumatisme qu’elle subit suite à une “attaque phallique intrafamiliale”.

RCI écrit :

“Entre temps, les expertises médicales n’ont pas permis de corroborer les accusations portées par la mère.”

Mais de quelles expertises les journalistes de RCI parlent-ils ?

Signalons à cet effet que les accusations n’ont pas été portées par la mère mais par l’enfant contre son père.

Nous citons nos sources. Où sont celles de RCI ?

Doit-on vous rappeler qu’un attouchement sexuel peut ne laisser aucune trace physique, visible ? Ce qui résulte des tristes statistiques de 95% de classement sans suite pour agressions sexuelles sur mineur en France.

Certes l’hymen de la petite Louise est intact mais cela ne prouve pas qu’il n’y ait pas eu d’attouchement.

Pardonnez notre franchise et la réalité mais la justice veut des preuves telle un hymen déchiré ? ou un anus fissuré et dilaté ? ….

Malheureusement dans certaines affaires de pédophilie des mères ont été forcé de laisser leur enfant chez le père pédocriminel (par décision de justice), ce qui leur ont permis de récolter des preuves (non sans mal pour les enfants) afin de faire condamner définitivement le père qui avait été jusqu’alors simplement soupçonné et relaxé.

Pour rappel :

Le père de Louise l’aurait fait dormir parfois avec lui, la mettant nue alors que lui aussi l’était, lui caressant le sexe et la faisant faire de même pour lui ;

parfois il lui mettait le doigt dans le sexe, le suçant ensuite, avant de l’essuyer sur le corps de la fillette.

Un doigt dans le sexe c’est un viol ! C’est un crime ! Si la justice écoutait la parole de l’enfant le père serait jugé aux Assises pour crime !

En attendant, RCI, fait bien de le dire :

“Depuis, l’affaire ne semble pas avoir vraiment évolué. sauf peut-être les démarches entamées par Maître Georges-Emmanuel Germany, l’avocat de la mère de Louise.”

Nous espérons que vous tiendrez informé vos auditeurs de la suite des démarches entamées par l’avocat de la mère !

Comprenez bien que si une action est en cours c’est qu’ il y a matière…

 

Dernières informations

Le père de Louise est allé voir un huissier de justice afin de poursuivre Élodie la mère, pour lancer une procédure de saisie-arrêt sur sa paye concernant la pension alimentaire pour Louise.

Notification p1/3

Notification, p2/3

Notification, p3/3

Il faut bien comprendre qu’une pension alimentaire est destinée à l’entretien et à l’éducation de l’enfant à charge. Hors le père n’a jamais eu l’enfant à charge.

Il ment jusqu’à dire qu’Élodie ne lui a jamais versé la pension et ce malgré plusieurs relances…Mais Élodie n’a reçu aucune relance.

Où est la morale de ce papa ?

En résumé :  Le père accusé de pédophilie n’a jamais eu Louise à sa charge, ne paie plus de pension alimentaire depuis le 1er août 2016 et sans scrupules se permet de réclamer par voie d’huissier la saisie sur salaire du montant de la pension alimentaire en réclamant plusieurs mois d’arriérés !

Élodie a été convoquée par sa direction qui l’a informée qu’ils allaient procéder au retrait direct sur son salaire chaque mois, seule à élever sa fille, elle devra verser au père 225 € par mois.

 

Comme votre slogan le dit: “RCI, c’est la vie” et bien protégez-la ! Et soutenez la petite Louise et sa maman !

Quoi qu’il en soit, la vérité aussi horrible et dérangeante soit-elle, finit toujours par triompher.

Que la Martinique reste unie auprès de le famille Bouton afin de protéger la petite Louise.

Ne rien dire c’est accepter, ne rien faire c’est cautionner.

Amour Force et Courage !

L’équipe Wanted-Pedo,

Avatar
Association Wanted Pedo