13
AVR
2019

Rezé | Soupçons d’agressions sexuelles sur des mineurs : 50 parents en colère au conseil municipal

Après la mise en examen de l’animateur périscolaire de la ville pour agression sexuelle, le collectif “les voix de nos enfants” s’est réuni devant la mairie de Rezé ce lundi 8 avril 2019.

La quarantaine de parents en colère a assisté au conseil municipal.

Banderole déployée par les parents à l’entrée de la mairie de Rezé © Radio France – Florian Cazzola

“Silence = Colère” disent les banderoles brandies par les parents au conseil municipal de ce lundi 8 avril 2019 à Rezé. Ils reprochent à la mairie de n’avoir rien fait suite aux soupçons d’attouchements sur des enfants de l’école maternelle du Chêne-Creux.

Ça a commencé le 7 mars, on est le 8 avril et il n’y a toujours aucune prise en charge réelle de l’ensemble des parents des écoles, ni des enfants.” Une membre du collectif

C’est le collectif “les voix de nos enfants” qui est entré silencieusement dans la salle du conseil, avec des banderoles, des t-shirts. “On n’a pas d’explication sur ce qu’on doit faire avec les enfants, ou ce qu’il y a n’est pas adapté” explique Julie, une membre du collectif.

Lors de la séance, un plan est proposé par Gérard Allard, le maire de la ville, et adopté. Un “plan d’action municipales de lutte contre les faits d’atteinte à l’intégrité physique ou morale des mineurs.”

Les parents ne se sentent pas accompagnés

Ce plan ne calme pas les parents du collectif qui veulent une aide psychologique pour les enfants. “Depuis un mois, on demande qu’il y ait l’intervention d’un psychologue dans l’école, et il n’y a toujours personne, se désole Julie. L’atmosphère est pesante.”

Les parents demandent qu’une aide soit mise en place dès maintenant. “Le maire ne fait pas les choses dans l’ordre, continue Julie. “Donc des enfants qui n’ont pas forcément été victimes sont finalement impactés parce qu’ils finissent par en parler entre eux et il n’y a aucun soutien.”

Il suffit d’aller demander au personnel de l’école, ils ne savent pas quoi faire” Julie, une membre du collectif

Les premières mesures proposées

  • Un numéro pour signaler tout comportement d’un agent public qui semblerait inadapté, le 02 40 84 45 89
  • Un référent « signalement » au sein de la collectivité. Il sera formé aux techniques d’écoute, pour faciliter la remontée des alertes
  • Former et sensibiliser les agents municipaux sur la détection des situations à risque
  • Formaliser les procédures d’alerte et de gestion de crise Elles seront formalisées et portées à connaissance de l’ensemble des agents
  • Pérenniser et conforter les partenariats pour accompagner des familles avec une permanence d’écoute, des psychologues et des juristes

L’animateur travaillait au service périscolaire de Rezé. Il a été suspendu pour comportement inapproprié le 8 mars dernier après l’alerte du père d’un enfant de la maternelle du Chêne Creux. Peu après, l’adjointe à l’Éducation  a démissionné, en dénonçant des dysfonctionnements.

Source : francebleu.fr

 

Avatar
Association Wanted Pedo