Un cinquantenaire a été arrêté pour une suspicion d’attouchements sur mineur le mardi 8 août.

© thinkstock.

L’homme avait déjà été aperçu à proximité d’une école templeuvoise en novembre dernier, entraînant à l’écart des enfants.

Un parent d’élève avait alors lancé un appel à la vigilance sur Facebook.

Encore une fois, l’exploitation de la vidéosurveillance avec la police municipale de Templeuve-en-Pévèle a permis d’élucider une affaire judiciaire.

Il s’agit ici d’attouchements sur mineur.

Les faits ont eu pour cadre le parc du château Baratte à Templeuve-en-Pévèle.

Le mardi 8 août, un jeune garçon d’une dizaine d’années qui avait échappé à la vigilance de ses parents, était abordé par un individu.

Ce dernier a réussi à entraîner le jeune garçon à l’écart dans une petite cabane située dans le parc.

L’homme se serait livré à des attouchements sur le torse de l’enfant comme l’a rapporté la victime à ses parents.

Des faits qui rappellent une affaire qui s’est déroulée il y a quelques mois aux abords d’une école.

Des enfants avaient été abordés par un individu suspect mais n’avaient pas été à proprement parler importunés.

Un habitant de la rue de la Passementerie avait donné l’alerte sur Facebook en novembre 2016.

Un mercredi, alors que ses enfants jouaient à vélo sur le parking de l’école Marie-Navart, ils ont été accostés par un individu.

Il les aurait entraînés vers le petit bois de la salle polyvalente pour leur proposer de les suivre chez lui afin de regarder un dessin animé.

Devant leurs refus, «  il leur a donné rendez-vous le lendemain à 16 heures à la sortie de l’école en leur disant qu’il voulait leur montrer un truc chez lui  », avait précisé le père de famille.

Un des enfants présents ce jour-là a reconnu la photo de l’homme interpellé dans le cadre de l’affaire du 8 août.

Consultation de sites pédopornographique… au cybercentre !

Il s’agit d’un individu aux lourds antécédents judiciaires.

Il s’était d’abord muré dans le silence.

Mais les images de la vidéo protection ont permis aux enquêteurs d’avancer dans leurs investigations, et d’obtenir des aveux.

Le mis en cause a été incarcéré à la maison d’arrêt de Sequedin dans l’attente d’être jugé par le tribunal correctionnel de Lille, le 14 septembre 2017.

Lors de leurs investigations, les gendarmes ont établi que cet homme d’une cinquantaine d’années avait consulté des sites à caractère pédopornographique au cybercentre de la commune.

Source : La Voix du Nord